Mardi 9 février, la veuve de Jean-Luc Delarue était entendue par le Tribunal de Grande Instance de Paris pour se défendre contre la première femme de l'animateur qui souhaite faire annuler son mariage. Elle dénonce une "calomnie depuis 3 ans" à son endroit. 

Entendue par le Tribunal de Grande Instance de Paris le mardi 9 février, Anissa Delarue est venue défendre son couple et surtout son mariage. En effet, la première femme de l'animateur, Elisabeth Bost, accuse Anissa d'avoir contracté ce mariage quelques mois avant le décès de Jean-Luc, profitant ainsi de son état de faiblesse. Une accusation grave pour la jeune femme de 33 ans... 

Les journalistes du Point, présents lors de l'audience rapporte ses propos : "J'ai été calomniée depuis trois ans, j'ai laissé faire jusqu'ici, mais on s'attaque aujourd'hui à un symbole. La ligne rouge a été franchie. Je suis là pour Jean-Luc, il faut respecter ses volontés. La prochaine étape, c'est quoi ? On va m'accuser d'homicide et dire que mon mari n'est pas mort d'un cancer ?" s'insurge-t-elle. 

Ses avocats ont également démonté les arguments de la partie adverse en qualifiant les accusations d'Elisabeth Bost de "ragots" et attestant du fait que Jean-Luc Delarue possédait bien toutes ses facultés lorsqu'il a contracté son union avec Anissa. « Monsieur Delarue n'était pas un pantin désarticulé sous l'emprise d'une sorte d'araignée qui exerçait de la magie noire », a déclaré l'avocat de la défense, maître Szpiner. Et de citer, en guise de preuve, la lettre d'amour écrite de la main de Jean-Luc à Anissa le jour de leur mariage, le 12 mai 2012, soit trois mois avant sa mort : "Je t'aime d'un amour pur et éternel. Anissa, mon ange, mon cœur blanc, comme tu m'appelles souvent. Ma première et ma dernière femme !"

Quoi qu'il en soit, le jugement a été mis en délibéré au 15 mars prochain. L'objectif sera, pour le tribunal, d'estimer le degré de lucidité de Jean-Luc Delarue le jour de son mariage et lors de la rédaction du testament contesté par Elisabeth Bost. Affaire à suivre... 

A voir :