Condamné par la justice belge le 3 décembre à 8 mois de prison, dont 5 fermes, Jamal Dati est ressorti libre de l'audience et ne purgera certainement pas sa peine.

 

Selon le site web du magazine LePoint, le frère de Rachida Dati ne devrait pas retourner derrière les barreaux. Il a en effet déjà séjourné en prison durant un mois à titre préventif et la peine prononcée étant inférieure à un an, son arrestation ne pouvait être ordonnée à l'issue de l'audience a expliqué le porte-parole du parquet de Liège à l'Agence France Presse (AFP). Il a également ajouté qu'il était "peu probable" que le ministère public exige qu'il purge le reste de sa peine.

 

Jamal Dati peut donc dormir sur ses deux oreilles. De même, que l’ancienne garde des Sceaux, qui était de nouveau sous les feux des projecteurs en fin de semaine dernière à cause des frasques de son frère. Ce dernier a également été condamné à une amende 5 500 € et s'est vu confisquer sa voiture, une peine qu'il juge "trop sévère". "J'ai prouvé ma bonne volonté en me présentant à l'audience" a-t-il déclaré. "Je vais désormais devoir repartir de zéro car la voiture que j'avais achetée à crédit et avec laquelle je pouvais travailler a été saisie. Mais j'assume aussi ma condamnation car ce qui est arrivé est entièrement de ma faute."

Publicité

Déjà condamné en 2007 à 12 mois de prison pour trafic de stupéfiants, Jamal Dati avait été appréhendé le 3 novembre dernier pour possession de drogue. Arrêté à la frontière belge alors qu’il rentrait des Pays-Bas, le frère de Rachida Dati se trouvait ce jour-là en possession de 30g d’héroïne et de quelques grammes de haschisch et de marijuana.

Publicité
Déjà condamné en France pour des faits semblables, Jamal Dati avait été déféré devant le tribunal correctionnel de Liège. Le procureur avait alors requis 10 mois de prison ferme pour "détention et importation de produits stupéfiants". La maire du VIIe arrondissement de Paris s’était exprimée dans Le Figaro au moment de l’arrestation : "Nous nous sommes battus avec ma famille, mes frères et soeurs et bien au-delà, pour que nous puissions le sortir de cette dépendance. C'est douloureux, c'est épuisant, ça demande du temps et de l’énergie, et à la fois parfois on baisse les bras parce qu’on n'y arrive pas" rapportait alors le site de Voici.

 

© Simon Kirby/wikilmediacommons 

Vidéo - Retrouvez ci-dessous notre zapping People du jour :