Dans Le Prodige, son nouveau film en salles ce mercredi 16 septembre, Edward Zwick retrace l’ascension aussi folle que fulgurante du génie des échecs, Bobby Fischer.

Début des années 50. Le monde est divisé en deux blocs : l’Occident représenté par l’écrasant géant américain, et l’URSS. Au milieu grandit Bobby Fischer, jeune garçon vivant aux Etats-Unis, d’origine russe. Renfermé, il se passionne pour les échecs au point de se faire un nom dès sa plus jeune adolescence. C’est l’histoire fascinante de ce grand génie des échecs qui a battu ses adversaires un à un jusqu’à devenir champion du monde, que retrace Edward Zwick dans son biopic, Le Prodige, en salles ce mercredi 16 août.

Publicité
Publicité
Les fans d’échecs seront fascinés par les longues scènes de réflexion, la maîtrise de la stratégie et la technique de Bobby Fischer, qui rejaillissent comme une évidence pour lui, comme une marque de génie pour les spectateurs. Les autres seront subjugués par le talent de Tobey Maguire. L’acteur de 40 ans a su retransmettre la paranoïa de son personnage, plus violente et accentuée au fil des années et sous la pression. 

Tobey Maguire campe ainsi un Bobby Fischer se sentant traqué par les autorités américaines, trahi par ses proches, persécuté par le public lors du "match du siècle" qui l’opposa, en 1972, au champion russe Boris Spassky (remarquablement interprété par Liev Schreiber). Avec son regard bleu perçant, ses mimiques et ses manières, l’ancien Spider-Man retranscrit parfaitement le mal-être d’un héros percuté de plein fouet par la guerre froide, plus à l'aise dans sa bulle face à un...

Lire la suite sur Public.fr

Vidéo - Retrouvez ci-dessous notre zapping People du jour : 

Publicité