Dans un livre qui serre le cœur, Mathilde, 15 ans, raconte l'enfer du harcèlement scolaire. Elle l'a vécu lorsqu'elle avait 11 ans, dans l'indifférence glaçante de l'institution.. Alors qu'elle était à bout de résistance, elle a eu un sursaut salvateur : non seulement elle n'allait pas mettre fin à ses jours mais, en plus, elle allait se battre !

Plus qu'un témoignage, le livre de Mathilde Monnet*, 15 ans, est un cri d'alarme. De la sixième à la cinquième, dans l'indifférence totale de l'équipe éducative, l'adolescente a vécu l'enfer du harcèlement. Insultée, frappée, humiliée quotidiennement par l'ensemble de sa classe, la pré-ado a frôlé plusieurs fois le suicide. Mais ce que dénonce Mathilde est plus troublant encore.

Malgré les grandes campagnes de sensibilisation promues par le gouvernement, rien n'a changé pour les milliers de victimes de harcèlement scolaire. Pire, l'institution refuse que justice soit rendue et pousse les victimes à se taire. "Quand arrêterons-nous ce massacre ?, s'indigne la jeune fille qui trouve aujourd'hui la force de parler... au nom de chaque enfant qui souffre en silence, de chaque personne qu'on fera taire, de ceux qui sont partis à jamais." On aimerait que l'histoire de Mathilde ne soit pas tristement banale. Le sinistre mécanisme à l'œuvre a pourtant été mille fois vu et revu. Ce qui pourrait d'abord ressembler à des mauvaises blagues entre élèves. Une insulte soudaine : "Sale castor", qui prend pour cible le physique, soi-disant disgracieux, de Mathilde.

Publicité

"On me plantait des compas dans le dos"

Publicité
La violence gratuite d'un camarade de classe, puis de trois, jusqu'à ce que l'ensemble de la classe se ligue dans l'entreprise de démolition : "J'avais 11 ans, se souvient Mathilde. On me disait que mes seins pendaient, que j'étais une sale pute, une erreur de...

Vidéo - Retrouvez ci-dessous notre zapping People du jour : 

Publicité