Accusé de ne pas d’être occupé convenablement de 61 chiens de traineau sur un camp de tourisme qui porte son nom, Nicolas Vanier réagit aujourd’hui et se dédouane de toute responsabilité. 

L’histoire a ému tous les amoureux des bêtes.

La semaine dernière, la préfecture de la Drôme fermait pour raisons sanitaires le Camp Vanier, un centre touristique où se trouvaient 61 chiens de traineau. Des bêtes retrouvées dans un état lamentable, infestées de vers, couvertes de puces, et faméliques.

Publicité

Au cœur de la polémique, l’explorateur Nicolas Vanier, accusé par certaines associations d’avoir négligé ces animaux. « La seule chose qui préoccupe M. Vanier, c’est de se faire valoir et de se faire de l’argent sur le dos des animaux. Le sort de ces derniers ne l’intéresse plus quand ils ne lui sont plus utiles », dénonçait ainsi la responsable de l’Eden Valley, un refuge qui avait récupéré une dizaine de chiens.

Publicité
Nicolas Vanier a tenu à réagir à ces accusations. Contacté par Télé Star, il a livré sa version des faits. « Il ne s'agit absolument pas de mes chiens. Les miens ne sont pas concernés dans cette histoire, a-t-il expliqué. Jamais je n'irai confier même un seul de mes chiens ou que ce soit en dehors de chez moi. »

Un peu plus tard, sur son compte Facebook, l’aventurier a publié un communiqué : « Les autres chiens du...

Lire la suite sur Voici

Vidéo - Retrouvez ci-dessous notre zapping People du jour :