En 1986, Paris Match organisait la rencontre entre deux monstres sacrés : Johnny Hallyday et Yves Montand. Voici le verbatim complet de cette interview croisée.

Yves Montand. J'ai vu le film de..

En 1986, Paris Match organisait la rencontre entre deux monstres sacrés : Johnny Hallyday et Yves Montand. Voici le verbatim complet de cette interview croisée.

Yves Montand. J'ai vu le film de Costa-Gavras dans lequel tu joues. Ce qui m'a d'abord frappé, c'est ton côté Gary Cooper jeune. Ensuite, l'extraordinaire vulnérabilité qui se dégage de toi mais qui ne retire rien à ta force virile. J'aime bien les hommes vulnérables, ce qui ne veut pas dire forcément faibles. Certes, nous pouvons avoir des faiblesses, des petites lâchetés même, mais « vulnérable », c'est bien.

Johnny Hallyday. Tu te sens une parenté avec les vedettes de la chanson ?

Publicité

Y.M. Je me sens en parenté avec toutes celles et tous ceux qui montent sur une scène, qui prennent des risques, même si l’un ou l'autre a été mauvais. Parce qu'il faut y monter, sur scène ! L'artiste qui est mauvais reçoit des baffes. A un moment donné, il doit rectifier le tir. On ne peut pas toujours se dire : « C'est la faute au public ».

J.H. II y a la solitude du chanteur, sur scène. Certes, il a les musiciens derrière lui, mais il est quand même seul face au public. Nous sommes de grands solitaires...

Voir aussi : Jean d'Ormesson et Johnny Hallyday, deux numéros hommages exceptionnels de Paris Match

Publicité
Y.M. Dans son dernier livre « La montagne blanche », Jorge Semprun cite René Char qui disait : « Les femmes sont amoureuses et les hommes sont solitaires. Ils se volent mutuellement l'amour et la...
Lire la suite sur Paris Match People

Vidéo - Retrouvez ci-dessous notre zapping People du jour :