La victoire de Top Chef 2016 s'est jouée entre Coline Faulquier et Xavier Pincemin. Ce dernier a remporté la victoire, malgré des résultats très serrés. Le gagnant de la saison 7 se confie à Femmesplus sur ses impressions.

© Pierre Olivier / M6

FemmesPlus : Comment avez-vous vécu cette finale ? Etiez-vous plus stressé en attendant les résultats ?

Xavier Pincemin : J’étais angoissé, comme on l’a bien vu c’était serré. Je n’étais pas très content de certains plats, parce que c’est difficile une finale et ça ne se passe pas toujours comme on le pensait. Ce n’était pas gagné, ma victoire était vraiment une surprise.

Estimez-vous que vous auriez pu faire mieux ?

J’avais prévu de faire des choses un peu mieux, mais ça a été dur parce que ce n’est pas des types de cuisine appropriés. On n’a pas l’habitude d’envoyer cent couverts dans des cuisines comme ça, avec une équipe qu’on ne connaît pas forcément. On a réussi à servir entrée, plat et dessert, mais c’était très dur.

Vous travaillez dans un restaurant de luxe, et la finale a eu lieu dans le même genre de cadre. Pensez-vous que ça vous a donné un avantage par rapport à Coline ?

J’ai l’habitude d’être dans des grands restaurants de luxe, et je sais ce qu’il faut faire pour les banquets, pour plaire aux gens. Il ne faut pas faire des recettes trop compliquées et il faut vraiment aller à l’essentiel. Cent couverts, c’est difficile. Pour le dressage il faut aller vite. Donc c’est vrai que j’avais peut-être un avantage là-dessus par rapport à Coline. Mais elle a été chef à domicile, elle sait aussi ce qui plaît.

Seriez-vous prêt à refaire un banquet pour autant de convives ?

Bien sûr, je le fais sans problème ! Mais il y a plein de choses que je changerai. Et si c’est vraiment dans des cuisines adaptées dont on a l’habitude, ça ne sera pas problématique.

Etes-vous satifsait des personnes que vous avez choisies pour être dans votre brigade ?

Oui, j’étais très satisfait. J’ai pris Franck pour déstabiliser Coline, mais c’est vrai que ça a été un peu dur parce qu’il n’était pas impliqué à 100%. Il était plutôt de son côté, donc j’ai dû repasser derrière lui, vérifier tout ce qu’il faisait. Ce n’était pas facile. Pierre Meneau, il est très tête en l’air, il n'était pas complètement impliqué, et c’est dommage. C’est quelqu’un qui a du potentiel mais le problème c’est qu’il prend un peu trop ça à la légére. Mais sinon Thomas et Gabriel ont été super !

Publicité

Etes-vous déçu que Coline ait récolté plus de points que vous de la part du jury ?

J’ai eu beaucoup de compliments durant toute la saison de la part des chefs. Ils ont toujours été là pour me dire ça c’est bien, ou ça ne va pas. Mais pour la finale il fallait plaire aux autres, aux gens « lambda ». Je suis très fier d’avoir récupéré la plupart des votes des convives. Pour moi, c’était eux qui étaient importants ce soir-là. Je suis très content, j’ai réussi ma mission.

Vous nous disiez après la demi-finale que vous admiriez beaucoup Jean-François Piège. Les critiques qu'il a émises face à votre dessert ne vous ont pas trop déçues ?

Je m’y attendais. Il est comme ça, il n’est pas là pour nous faire plaisir. Il est sincère : si ça ne lui plaît pas, il le dit. Je pense qu’il attendait mieux de ma part. Mais je savais qu’il ne fallait pas forcément plaire aux chefs pendant la finale. Il fallait plaire à cent personnes, pas qu’aux chefs. On peut séduire les chefs et ne pas être compris par les personnes qui mangent le menu, parce qu'ils n’ont pas forcément l’habitude de manger des plats très recherchés. J’ai fait des choses assez simples, par exemple mon dessert, qui était léger et avec du spectacle. J’ai quand même su rebondir sur ses remarques, mais c’est vrai que si j’avais dû faire un repas pour quatre personnes, je n’aurais pas du tout fait la même chose. Jean-François Piège est venu me voir au tirage des couteaux et il m’a dit des choses vraiment sympas.

Justement, comment se sont passés les adieux avec les chefs ?

C’était très émouvant, il faut savoir que Michel Sarran et Philippe Etchebest m’ont appelé pour me féliciter tout de suite après. C’était vraiment gentil de leur part. On reste en contact, si j’ai des questions ou quoi que ce soit, on va se revoir. Hélène Darroze m’a beaucoup parlé, m’a beaucoup félicité. Jean-François Pière aussi était là, très présent. Ils ont été supers. Ce n’était pas des adieux, je vais les revoir par la suite, c’est sûr.

Aimeriez-vous travailler avec eux ?

Pas forcément travailler avec eux, mais avoir une expérience dans la cuisine comme aujourd’hui, pourquoi pas. De toute façon, je vais les revoir lundi pour le Choc des Champions.

Etes-vous prêt pour le Choc des Champions ?

Tout n'est pas fini, mais je suis quand même très, très prêt. Je sais ce que je vais faire. Que ce soit face à Pierre Augé ou quelqu’un d’autre, ça ne me fait pas forcément plus peur. Je suis super motivé, je vais me mettre en mode compétition.

Pendant la finale, vous disiez que vous vouliez gagner pour faire honneur à votre mère. Comment a-t-elle réagi quand vous avez tiré le couteau argenté ?

Publicité
C’était super. J’ai fait tout ça pour ma mère, mon père, mes proches. Le fait de tirer la larme argent, c’était magnifique parce que ma mère était toute émue. C’était ça que je voulais, lui faire plaisir : c’est important que mes parents soit fiers de moi, et j’ai réussi. Ils sont contents, ils sont fiers, et moi je suis très heureux. Tout va bien pour l'instant, c’est vraiment une vie rêvée qu’on a en ce moment. Elle m’a dit des choses très fortes, qu’elle m’aimait, des choses comme ça. Ca fait du bien de les entendre, c’est important.

Vidéo - Retrouvez ci-dessous notre zapping People du jour : 

Publicité