Et si LVMH donnait une seconde chance à John Galliano en le réintégrant chez Dior? C'est la rumeur qui circule dans le milieu de la mode et chez Dior, bien sûr.

Les arguments?

1/ LVMH peine à trouver un remplaçant: personne ne veut subir autant de pression. Qui pourrait, en effet, allier créativité, audace, savoir-faire et endurance sans sombrer dans la dérive médicamenteuse comme l'a fait, il y a quelques mois, Christophe Decarnin chez Balmain? Quand la rumeur annonçait Ricardo Tisci (Givenchy) puis Haider Ackermann pour succéder à Galliano, LVMH rêvait d'Azzedine Alaïa. Or le couturier tunisien a annoncé clairement la couleur: le nombre de collections qu'on demande aujourd'hui aux créateurs est incompatible avec l'idée même de créativité.

Publicité

2/ Tout en étant exclu du sytème, Galliano a signé la robe de mariage de Kate Moss, ce qui pourrait être un sésame formidable. Car chacun sait que Miss Moss, qui s'y connaît en matière de rédemption (elle s'est formidablement relevée du scandale autour de sa consommation de cocaïne en 2005) ne le lâchera pas. Comme beaucoup de gens influents du milieu, la Brindille considère que si l'on a oublié son histoire de drogue, on peut faire de même avec l'addiction aux médicaments et à l'alcool que Galliano a confessée devant le Tribunal Correctionnel de Paris, le 22 juin dernier.

Publicité
Au lendemain de l'audience, Cathy Horyn, journaliste au New York Times affirmait que ses contacts chez LVMH lui auraient prédit un retour possible de Galliano. Sa consoeur du Financial Times, Vanessa Friedman concluait, elle, que 'la mode adorait les histoires de rédemption' et que Galliano ne tarderait sans doute pas à rebondir. Ici ou ailleurs. De son côté, Bernard Arnault a formellement annoncé que jamais LVMH ne réintégrerait le couturier. Mais comme chacun sait, en mode, tout change, tout le temps, alors...

© Flickr / MRS. Bumble Kee