C'est la deuxième fois que Plus belle la vie, l’un des plus grands rendez-vous télévisuels des Français, subit les foudres du CSA. Pourquoi ? Parce que le Conseil supérieur de l’audiovisuel apprécie peu le côté réaliste de la série, en particulier lorsqu’il s’agit de drogue… 

Plus Belle la vie, série diffusée depuis 2004 du lundi au vendredi à 20h10 sur France 3, a pour habitude d’aborder les sujets de société, comme l’alcoolisme, l’homosexualité ou le racisme, ce qui participe pour beaucoup à son succès auprès du grand public. En juin 2010, c'est sur une scène de torture très réaliste, et non signalée, que le CSA avait tiqué.  

Publicité

Cette fois, dans les épisodes diffusés les 29 et 30 novembre et le 3 décembre, une des protagonistes de la série est sujette à des problèmes de drogue et la mise en scène n’en cache rien à son public : on peut la voir s’injecter de l’héroïne. Chose que le CSA n’a pas du tout appréciée 

Publicité
Indigné par la diffusion d’une telle scène à une heure de grande audience, le CSA a déclaré que "ces séquences sont susceptibles de heurter la sensibilité des mineurs de moins de 10 ans et méconnaissent les dispositions relatives à l'exposition des produits de tabac, des boissons alcooliques et des drogues illicites".

 

France Télévision s’est donc fait remonter les bretelles. La prochaine fois, il ne faudra pas oublier d’indiquer "déconseillé au moins de 10 ans".