C'est l'impossibilité d'accéder simultanément à l'orgasme et à l'éjaculation lors du coït, parfois même par masturbation. Chez le jeune, en dehors de malformations ou de graves séquelles chirurgicales, l'inhibition de ces puissants réflexes peut être la conséquence de troubles psychiatriques, de toxicomanies illicites ou médicamenteuses. Après la soixantaine, cette privation de jouissance compte parmi les conséquences inéluctables de l'âge.

Ejaculation rétrograde

Suite inéluctable de la chirurgie prostatique, l'éjaculation est refoulée vers la vessie, mais les perceptions voluptueuses de l'orgasme sont sauvegardées, c'est une jouissance "à sec", invisible. Il n'y a pas de traitement.

Publicité
Publicité
Publié par Rédaction le Jeudi 09 Septembre 2010 : 15h25