Union sexuelle entre la belle et la bête, fusion mythique, dont la copie pornographique est appelée zoophilie depuis 1886. Ce thème récurrent des contes grecs et latins idéalise le penchant des dieux et des demi-dieux pour la chair humaine mais, tel le Minotaure fruit de la passion de la reine de Crête Pasiphaé pour un taureau blanc, donne vie à des êtres imaginaires mi-homme mi-bête. Ces légendes ne feront pas plaisir au Moyen-Age qui y trouvera motif à jeter au bûcher nombre d'ingénues porteuses d'innocentes "taches de vin" ou d'une pilosité trop voyante.

Publicité
Publié par Rédaction le Jeudi 09 Septembre 2010 : 15h25