Pièce du logis réservée à l'accomplissement du sommeil et à ses avant-propos sexuels. L'architecture urbaine sacrifie le concept bourgeois de la "chambre à coucher", au profit de normes - NF-D 83-101 et 83-102 - qui en réduisent la surface à 9 m², sous 2,50 m sous plafond... Peu importe, l'intimité est sauve, le devoir conjugal y trouve son champ de bataille, et parfois la télévision ou un animal domestique leur fonction de dette de guerre.

Chambre à part

S'il est de bon ton dans la haute société de ne pas dormir dans la même chambre, perpétuant ainsi une tradition plusieurs fois millénaire, faire chambre à part aujourd'hui relève plutôt du traité d'armistice dans un couple, cette séparation nocturne garantissant le respect de l'embargo sexuel négocié en secret.

Publicité
Publicité
Publié par Rédaction le Jeudi 09 Septembre 2010 : 15h25