Reprenant à son compte un mythe typiquement européen, que le poète tragique grec Sophocle met en scène en 425 avant J.-C., la psychanalyse peut illustrer de façon particulièrement intelligible l'une des phases les plus sensibles de construction du "moi ". C'est dans leur préhistoire inconsciente que garçons et filles ont à vaincre des rivalités sexuelles inévitables, faites de séductions prohibées (le fils à l'égard de sa mère, par exemple) et d'identifications impossibles (la fille jalouse de sa mère) : "complexe" qui doit se résoudre dans l'abandon au moins partiel de cet attachement, dans un "principe de réalité" où l'on ne joue plus à papa et maman, puisqu'on le devient à son tour.

Publicité
Publicité
Publié par Rédaction le Jeudi 09 Septembre 2010 : 15h25