Commerce de multimédias impudiques à but érogène. Fictions délurées, exhibant les pulsions sexuelles par tranches de fantasmes. Le voyeurisme féminin y réactualise des récits refoulés, et les hommes s'en prennent à des résidus de frayeurs enfantines à se projeter ainsi dans la béance de leur imagination.

Education

Les images pornographiques sont des chimères. Leur parodie de jouissance n'est qu'illusion d'optique, sans valeur pédagogique, capable sans doute d'inspirer l'imitation d'une posture ou d'un geste, mais avec le risque de n'en retenir que le contenu obscène.

Publicité
Publié par Rédaction le Jeudi 09 Septembre 2010 : 15h25