"Prostitué(e)" en argot, du latin "putidus" : qui sent mauvais, puant, infect, corrompu... Dès le XIIe siècle le terme est à la source d'innombrables déclinaisons, de putain à patine, de putage à putaniser, toutes destinées à avilir et exclure la prostituée du champ social qui la méprise.

Publicité
Publicité
Publié par Rédaction le Jeudi 09 Septembre 2010 : 15h25