Hommes et femmes établissent des rapports entre le sang et la sexualité de façon radicalement différente. Les femmes l'apprivoisent dès leurs premières règles, le domestiquent, l'intègrent au répertoire des "marqueurs" de leur santé génitale - enceintes, elles ne saignent plus - de leur vieillissement - ménopausées, elles ne saignent plus. Une telle résignation vigilante est inconnue des hommes pour qui tout saignement génital est une alerte menaçante.

Hémospermie

La présence de quelques fines traces de sang mêlé au sperme est un incident très alarmant et cependant tout à fait anodin. La prostate peut manifester ainsi sa "réprobation" d'une hyperactivité sexuelle chez des jeunes gens intempérants... Ni traitement, ni séquelles.

Publicité
Publicité
Publié par Rédaction le Jeudi 09 Septembre 2010 : 15h25