Ici, c'est un peu comme à la maison, au Cafézoïde. Anne-Marie Rodenas, la fondatrice et responsable des lieux, vous accueille chaleureusement, s'empresse de vous proposer un thé à la menthe, gratifie chacun d'un petit mot, se rappelle les noms.... Le Cafézoïde, c'est le "café des enfants", ce petit rayon de soleil qui illumine de sa façade bigarrée les devantures grisâtres des HLM du quai de la Loire, dans le 19e. "Le seul arrondissement de la capitale qui rajeunit, celui qui compte le plus grand nombre d'enfants. Et le plus populaire aussi, un des rares lieux de mixité sociale préservé de Paris", sourit Anne-Marie de derrière son comptoir. Nul hasard, donc, à ce qu'élise domicile dans ce quartier l'unique "café des enfants" parisien.

Ni à l'école, ni à la maison
En 2000, le local de 160 m2 est prêté par la mairie. Restait à trouver les subventions pour les travaux, et le tour était joué. "C'était un peu dans l'air du temps. En juin 1999, José Bové démontait le fameux Mac Do de Millau. C'est bien beau de tout descendre mais que propose t-on à la place ?". Loin du fast-food sans âme, le Cafézoïde incarne ce lieu alternatif pour les enfants et ados. Sans tabac ni alcool, avec, pour la modique somme d'1, 50 euro, la possibilité de déjeuner sur place et de participer à un minimum de trois ateliers - musique, art plastique, danse etc...- proposés par les familles ou les animateurs, William, David ou Matthieu.

Un espace de liberté, un lieu-refuge inspiré des thèses de Françoise Dolto où l'enfant n'est ni à l'école, ni à la maison.
Une idée qui a germé il y a un certain temps dans la tête d'Anne-Marie, lorsqu'elle crée à 12 ans avec ses copines le "Club des fuguettes". Loin d'être des fugueuses dissipées, les collégiennes ont envie de révolutionner leur école, en y créant un lieu convivial. Mais sans succès. "Quand tu es à l'école, on te sabre tous tes projets. Il y a une phrase que je trouve très juste : on demande aux enfants d'être des adultes et finalement, les adultes se comportent comme des enfants ". Son projet, Anne-Marie y tient dur comme fer. Animatrice de centres culturels, puis responsable de formation dans l'animation en banlieue parisienne, elle n'en démord jamais. C'est son "bâton de pèlerin".

La Vierge Marie et l'enfant Jésus !

Faire confiance à l'enfant, le rendre autonome : voilà ce qui est à l'origine du Cafézoïde, censé être un lieu d'expression et de participation dans le sens de la Convention internationale des droits de l'enfant adoptée par les Nations Unies en 1989. "C'est ce qu'on offre à l'enfant : un grand bazar humain dans lequel il puise à sa guise, une alternative à la famille", poursuit Anne-Marie. Un bazar humain où tout le monde met la main à la pâte. L'endroit est basé sur le SEL (Système d'Echange Local). Libre à qui veut de monter un atelier, de faire un gâteau ou encore d'organiser une exposition. L'idée ? Investir la famille entière dans le projet, permettre les rencontres... et intégrer les papas. "Et il y a beaucoup d'hommes ici ! s'exclame Anne-Marie. Déjà, l'idée du comptoir, ça fait un peu moins gnangnan et aseptisé que tous les autres endroits pour les enfants". Elle, se dit de la première génération féministe, de "celle où l'on se devait d'être trois : "maman, maîtresse et travailleuse". Sauf que chez certaines femmes, c'est la Vierge marie et l'enfant Jésus ! Lorsqu'elles deviennent mères, elles en oublient qui elles sont... Quand elles sortent de ce cocon fusionnel qu'elles ont créée, elles craquent parce qu'elles n'ont plus de rapport au monde". Anne-Marie parle encore de ses couples modèles, qui arrivent ici en voulant montrer une image clean de leur famille et qui se décomplexent vite devant l'ambiance des lieux.Et aujourd'hui ? Cafézoïde fait des petits. Les porteurs de projets affluent, en banlieue parisienne et ailleurs. Mais pas question de créer une chaîne. Chaque projet est unique. Cafézoïde, lui, restera ici, sur son petit bout de quai. Un temps, Anne-Marie se met à rêver. " Ou partir, de façon très légère et spontanée et créer des cafés nomades, à Bamako, au Sri Lanka, avec une équipe volante, pourquoi pas ?". D'un coup, elle se ressaisit "Mais pas pour tout de suite ! J'ai d'abord envie de voir grandir les enfants du quartier !"

Cafézoïde, 92 bis quai de la Loire, Paris 19ème Renseignements : 01 42 38 26 37

Le site du Cafézoïde

Publicité

Les autres cafés des enfants :

A Caen (14) : Le Nid douillet, 17, rue des boutiques Renseignements : 06 12 96 87 88A Lorient (56) : Le Bar bi bulle, 41, rue Louis Roche Renseignements : 06 62 51 46 98

Le site Mosaique du Monde

Publicité