Ses derniers articles

Ma poubelle est au régime

On jette en moyenne 360 kg d'ordures par an et par personne. C'est beaucoup, c'est lourd à descendre et ce n'est pas très sympa pour la planète... C'est trop !Nos poubelles explosent, il est temps de les mettre au régime. Comment ? En adoptant des réflexes simples, avant, pendant et après les courses. Démonstration.

A vos mulots, c'est rigolo !

Internet a changé nos vies. Désormais, c'est plutôt "webo-métro-dodo" ! On ne compte plus les heures passées derrière nos écrans. Pour travailler certes, mais pas seulement... Car on peut aussi surfer pour s'amuser, rigoler, voire franchement faire n'importe quoi ! Amatrices du lancer de pingouins, fans de caricatures virtuelles ou poétesses de la dérision, à vos mulots !

Le retour du Soldat Rose

Pour tous les enfants ! Il était une fois un chanteur-grand-père (qui s'appelait Louis Chedid). Quand il était plus jeune, il était raton laveur sur le très joli Emilie Jolie. Depuis, il rêvait d'écrire un conte musical pour les enfants. Mais, pas que pour les petits enfants ! Pour les enfants moyens aussi. Et pour les enfants grands, pour les enfants immenses, pour les enfants mamans, pour les enfants grands-pères. Pour tous les enfants quoi, (et puis surtout pour sa petite fille Billie à lui, mais il ne le dit pas trop fort).Alors, il a imaginé une histoire avec son copain Pierre-Dominique Burgaud (par ce que Louis n'aime pas être tout seul). L'histoire du Soldat Rose.Plein de copains-chanteurs Comme la vie est bien faite, Louis a demandé a son fils-chanteur-très-talentueux-qui-aime-bien-s'habiller-en-rose de tenir le rôle principal (ça, c'est Matthieu Chedid, dit "M", fils de Louis donc, et papa de Billie, qui est la petite-fille de Louis, vous suivez toujours ?). Bien sûr, il a dit oui. Alors Louis ne se sentant plus de joie a demandé à plein d'autres copains-chanteurs de venir aussi : Cabrel, Souchon, Vanessa Paradis, Bénabar, Sanseverino et même Catherine Jacob (qui elle n'est pas chanteuse, mais Louis l'aime bien quand même).

Paris-Lyon : portraits croisés

Voilà un photographe qui aime la ville. La ville et ses habitants... Regards saisis, instants volés, silhouettes dérobées, attitudes démasquées, Hubert Vast photographie en flagrant délit. Après Paris, il a trouvé un autre terrain de jeu : Lyon. Portrait de sa nouvelle ville à travers l'ancienne...

Un mythe dans ma cuisine !

Il a fait rêver des générations entières de ménagères... Le robot Artisan de KitchenAid, mythique et fantastique, on le veut. Démonstration en trois points. Bonne raison n°1 : Il est top efficace ! Bon, les robots ménagers on connaît, les robots multifonctions aussi, mais ce que l'on ignore peut-être, c'est qu'ils sont tous les petits-enfants de l'Artisan de KitchenAid. Il a été le tout premier, celui qui est à l'origine de tout. Qui est équipé de plein d'accessoires qui peuvent tout faire et qui sont interchangeables ? C'est lui ! Résultat : un max de possibilité dans un minimum de place. Qui fait tourner ses petits bras musclés avec un "mouvement planétaire" pour mieux pétrir nos pâtes ? C'est lui aussi. Et cela ne date pas d'hier, puisque c'est dans les années 20, aux Etats-Unis, que Herbert Johnson (le papa de KitchenAid) a breveté l'idée géniale. Bonne raison n°2 : Il est super pro ! D'ailleurs, c'est pour les boulangers qui avaient à pétrir des kilos de pâte à pain (et qui n'avaient pas assez de bras) que le Mister Johnson a inventé son premier robot culinaire. Aujourd'hui, la marque trône chez pas mal de cuistos professionnels qui apprécient sa fiabilité et sa longévité (un corps tout en métal, ça aide à survivre dans une cuisine) et qui adorent son coté polyvalent et "tout en un". Car au fil du temps, le robot n'a pas abandonné ses caractéristiques techniques professionnelles, comme son moteur à transmission direct (beaucoup de puissance, très peu de bruit) et son bol très grande capacité (4,83 litres) qui permet de mélanger 1 kilo de farine d'un seul coup.

Cap' ou pas cap' ?

Vos bonnes résolutions de la rentrée, vous comptez les tenir... un peu ? Beaucoup ? Pas du tout ? Dilettante ou bluffante, testez votre tendance à flancher ou à vous surpasser. Clic et toc !

Et la lumière fut !

C'est la nuit, il fait sombre et vous êtes prise d'une envie pressante. Allumer la lumière ? Trop violent ! Rester dans le noir ? Trop dangereux ! Pas de panique, un bon génie nommé LAV/NAV a la brillante idée d'éclairer votre siège de toilette d'une jolie lumière tamisée. Et hop, on n'a plus peur et on retourne se coucher vite fait !

Faites la Feist !

Sa chanson 1234 trotte nous dans la tête et nous donne envie de chanter en claquant des doigts. Elle achève une tournée européenne plus que réussie. Son deuxième album cartonne aux Etats-Unis. On était prévenues : l'indépendante Feist fait parler d'elle. Portrait !

Comment survivre au bureau ?

Qui a eu cette idée folle un jour d'inventer l'open-space ? Sur le papier, c'est fraternité, efficacité et convivialité. En vrai, on a rapidement envie de faire avaler son clavier à sa collègue d'en face. Que faire ? La plus simple des solutions consisterait à fuir à tout prix le bouillon de culture que représente l'open-space. Pas toujours facile. Le cas échéant, voici les règles d'or de l'employé convivial et épanoui.Ton intimité tu préserveras Dans "open-space", il y a "open", et c'est bien ça le problème. Certains petits veinards disposent parfois de cloisons à mi-hauteur (toujours trop basses), mais les autres sont soumis à la pression sociale du "vrai" open-space. Résultat : regards indiscrets sur le PC, collègues beaucoup trop proches et zéro intimité. Avant tout, choisissez votre bureau dans un coin, ou, au moins dos au mur (cela évitera la très désagréable impression que vos collègues se matérialisent soudain dans votre dos sans que vous les ayez sentis venir). Ensuite, trichez ! Les cloisons sont trop basses ? Prolongez-les avec les plantes vertes, des cadres photo ou des piles de dossiers (en plus, ça donne un petit look surbooké du meilleur effet). Si les cloisons sont carrément inexistantes, vous pouvez les matérialiser avec un meubles ou un rideau de verdure. Ouf ! +a va déjà mieux.

Un clavier nickel !

Etre un clavier est une fonction dangereuse mais surtout salissante : exposé sans vergogne au miettes de gâteaux, aux doigts poisseux et aux éclaboussures de café et surtout très difficilement nettoyable ! Celle qui n'a jamais connu la corvée de coton-tige pour tenter d'extirper des résidus louches d'entre les touches de son clavier est une veinarde... et pour les autres...

Ma poubelle est au régime

Vous savez que l'on jette en moyenne 360 kg d'ordures par an et par personne ? C'est beaucoup, c'est lourd à descendre et ce n'est pas très sympa pour la planète... Nos poubelles explosent, il est temps de les mettre au régime. Comment ? En retrouvant des réflexes tout bêtes, avant, pendant et après les courses ! Dit comme ça, ces conseils n'ont rien de révolutionnaires, mais à l'occasion d'un test mené sur trente foyers, ils ont permis de diviser par cinq les quantités de déchets jetés à la poubelles en un an ! C'est le régime miracle de nos poubelles.Avant les courses : on s'organise ! Il est grand temps de redonner ses lettres de noblesse à la sacro-sainte liste de courses. Elle évite de se laisser emporter par le superflu et d'oublier l'essentiel. Elle nous permet surtout de planifier le contenu de notre frigo et des placards. Résultat : on ne jette plus les yaourts périmés, c'est déjà ça de gagné... Si, en plus, cette fameuse liste est écrite au dos d'une feuille déjà utilisée, ça économise nos blocs-notes !Qui dit courses dit sacs de courses. Ceux distribués dans les supermarchés ont tous les défauts : ils cisaillent nos mimines, ils ne sont pas solides et en plus ils polluent. Beurk. On les remplace donc par des cabas réutilisables, un caddie, un panier ou un sac à dos et on a une classe folle ! Autre astuce : avoir toujours dans le fond de son coffre de voiture des caisses pliables ou des cartons : avec eux, on en transporte un maximum et ils sont réutilisables (presque) à l'infini.

Suspense et frustration

Après Se7en et Fight Club, David Fincher signe (encore !) un film à suspense. Le pitch : un serial killeur terrorise le San Francisco des années 70 et nargue policiers et médias avec des messages codés dignes des boy-scouts...On le sait : Fincher a une tendance à en rajouter un peu dans le coté gore en général. Sauf qu'il a du être frappé par la sagesse entre temps. Car, oui, Zodiac est un film inspiré de faits réels, sobre, adulte, réfléchi et incroyablement bien documenté. Avec une persévérance quasi-obsessionnelle, Fincher a consulté les archives d'époque, rencontré les témoins, suivi la trace du tueur jusqu'à l'écoeurement.Résultat : l'intrigue s'étale sur une vingtaine d'années où l'on suit pas à pas les pistes, les espoirs et les désillusions des enquêteurs. Pour porter cette intrigue plus que dense, Fincher avait besoin d'interprètes solides. Bonne nouvelle : il les a trouvées. Dans le rôle du flic à noeud pap' broyé par le système, Mark Ruffalo est épatant, dans celui du jeune dessinateur de presse fasciné par le tueur et son code, le très talentueux "cow-boy-au-regard-qui-tue" Jake Gyllenhaal n'est pas mal non plus... Mais celui qui crève l'écran est, à notre humble avis, Robert Downey Jr. Il campe le journaliste Paul Avery, spécialiste des affaires criminelles au San Franscico Chronicle. Alcoolique, dépressif, parano, il a gâché sa carrière à essayer de démêler les meurtres du Zodiac.

Le bonheur de Bazbaz

Camille Bazbaz, on l'a d'abord connu par "Le bout de la langue". Puis via quelques musiques de films, toujours envoûtantes, toujours sensuelles... Il revient aujourd'hui avec "Le bonheur fantôme", son quatrième album solo. Que du bonheur !

Très 'chère' Barbra...

Chère Madame Streisand, honnêtement, on t'aime bien, mais 582 € pour venir te voir sur scène, tu ne crois pas que tu pousses le bouchon un peu loin là ? Franchement ? Parce que à deux heures de concert au maximum, on s'en tire quand même à 4,80 € la minute... +a fait cher la vocalise, Barbra !

Un point, c'est tout !

Oui ! Une machine à coudre peut être à la fois efficace ET jolie. La preuve, pour la fête des maman, la légendaire marque de machines à coudre Singer lance une nouvelle gamme, toute de Vichy vêtue. Hop ! On ressort sa créativité et on s'y pique !

Même pas mal !

Imaginez la scène : il est trois heures du matin, l'heure de la pause pipi nocturne. L'heure aussi de réprimer les hurlements de douleur provoqués pas la rencontre malencontreuse entre votre petit orteil et le buffet du salon... Aïe ! C'est désormais de l'histoire ancienne grâce aux chaussons-lampe de poche. Même pas mal !

L'Irak gagne une étoile

La "Middle East Star Academy" vient de se terminer. Le Principe ? 20 apprentis chanteurs du Moyen-Orient s'affrontent en chansons 4 mois durant. Lors de la finale, entre une Egyptienne, une Libanaise et une Ethiopienne, le public à choisi une Irakienne : Shada Hassoun.

Rien ne sert de courir...

Christophe Willem. Forcement, le nom vous dit quelque chose... C'est le gagnant du télé-crochet Nouvelle Star qui a inventé la "popu-branchitude" selon André Manoukian -le juré culte de l'émission non moins culte-. Ou la prouesse de mettre d'accord la "ménagère de moins de 50 ans" et les journalistes les plus "hype's" autour de ce constat : ce garçon est un génie.On avait carrément pris goût à ses interprétations groovy, déjantées et haut perchées. Du coup, quand il a annoncé qu'il voulait prendre son temps pour préparer son album, on a bien été obligés de prendre notre mal en patience. Et l'attente fût longue... Presque un an avant de voir poindre son "Inventaire" dans les bacs. Résultat ? Cela valait le coup d'attendre."Inventaire", ce n'est pas un premier album d'un gagnant de télé-crochet. Bien au contraire. Christophe Willem s'est entouré de très grosses pointures. Ont répondu à l'appel : la grande Zazie, Philippe Katerine, le show-man en sous-pull rose, l'insaisissable Bertrand Burgalat ou encore Valérie Lemercier qui prête sa plume et sa voix sur un duo des plus chauds.

J'irai cracher sur vos blogs

Déjà révolu le temps où les bloggeurs échangeaient dans un climat de paix et de fraternité virtuelle ? Peut-être. En tous cas, une reine des blogs US reçoit depuis quelques temps des insultes sexistes et des menaces de mort en commentaire à ses posts... Pas cool. La blogosphère tremble.

La groupie du 'Stadiste'

2007 sera l'année du rugby 2007 sera l'année du rugby. Le Tournoi des six nations vient de se terminer en beauté pour le XV de France, la Coupe du Monde va transformer le pays en terre d'Ovalie dès la fin de l'été. Bref : les rugbymen ont le vent en poupe. Mais derrière les beaux gosses en short qui jouent des coudes sur le terrain, il y a des épouses, des fiancées, des petites amies, des femmes qui tremblent et qui donnent de la voix pour leurs joueurs. Femme de héros ! Barbara est l'une d'entre elles. Elle a 24 ans, une pêche d'enfer, un sourire 100 000 volts et un accent du Sud-ouest qui fait plaisir à entendre. Elle court du lundi au vendredi et le week-end, elle est au stade pour encourager le joueur qui partage sa vie. Et pas des moindres : Yannick Jauzion himself, jeune et talentueux arrière du Stade Toulousain et du XV de France. Alors, ça se passe comment quand on vit avec un (presque) héros national ? Ca se passe bien, merci."''Les jours de match à domicile avec le Stade Toulousain, je vais le voir jouer bien sûr. On se retrouve dans les gradins avec d'autres femmes de joueurs, c'est sympa : il y a une bonne ambiance. Pour les déplacements avec le XV de France, les compagnes sont parfois invitées pour les très gros matchs, en général à Paris et même parfois à l'étranger. Il y a quatre ans, pour la Coupe du Monde, on était toutes allées en Australie !''"Fan de rugby A l'entendre si motivée, on pourrait croire qu'elle est tombée dans le rugby toute petite. Même pas. C'est sur le tard qu'elle s'y est mise : "''On n'était pas vraiment rugby à la maison. C'est depuis Yannick que je suis fan. Je suis à fond derrière lui et du coup ma famille aussi. Mon grand père appelle systématiquement après chaque match : tout le monde est au taquet.''"Alors, avec la Coupe du Monde qui approche, forcement, la pression monte : "''Je suis très excitée.''"

Qui va garder les enfants ?

Travailler ou garder bébé ? Alors que la parité est sur toutes les lèvres, les femmes et les hommes ne sont pas égaux face au travail. La faute à quoi ? A la discrimination, aux mentalités et à l'injustices bien sûr, mais aussi en partie à cause des problèmes de garde d'enfants.Quand les mamans réalisent que leur salaire va être dilapidé pour payer un mode de garde qui s'avère en outre souvent rigide et difficile d'accès, nombreuses sont celles qui choisissent encore de lever le pied pour s'occuper des petits.Et ce n'est toujours de leur plein gré : 38 % des Français travailleraient plus si ils pouvaient faire garder leurs enfants plus facilement. C'est le résultat d'une enquête menée par Kelly Service*, réseau de travail temporaire. 45 % de femmes travailleraient plus L'étude a été réalisée dans 28 pays et chez nous, pas de doute : la garde d'enfants au cœur des préoccupations. En France, 94 % des répondants y attachent de l'importance.38 % des français, 30 % des hommes et 45 % des femmes déclarent ainsi qu'ils et elles travailleraient plus longtemps si on leur proposait des solutions de garde d'enfant plus accessibles. Rappelons que les 80 % des salariés à temps partiel en France sont des femmes et que le taux d'emploi des femmes en France (46, 7 % de la population active ou encore 12, 5 millions de femmes) ne s'élève qu'à 57, 7 % (pour plus de 70 % au Danemark ou en Suède...).

Tous ensemble !

Camille, Franck, Philibert et Paulette n'ont rien en commun. Ou presque rien. Sauf que l'une vit au dessus des deux autres et que la dernière est la grand-mère du second... Quatre destins que tout oppose mais qui vont finir par se rapprocher. Forcément. Résultat : un joli film tiré d'un joli bouquin.

Un jour mon prince viendra...

On a toute une idée du prince charmant. Depuis le temps qu'on nous dit qu'il va na va pas tarder à venir, lui et son bourricot blanc, forcement on l'attend de pied ferme. Mais pour le trouver, encore faut-il savoir le reconnaître. D'ailleurs, à quoi ressemble -t-il au juste ? Pour le savoir, FemmesPlus a mené l'enquête auprès de plus de 4 000 femmes. Attention "Wanted" : voici le portrait robot de l'homme idéal.

Diapo : Ensemple c'est tout !

Camille, Franck, Philibert et Paulette n'ont rien en commun. Ou presque rien. Sauf que l'une vit au dessus des deux autres et que la dernière est la grand-mère du second... Quatre destins que tout oppose mais qui vont finir par se rapprocher. Forcément. Résultat : un joli film tiré d'un joli bouquin.

Elie et nous

On l'a connu en duo comique décapant. Puis tout seul, toujours aussi pinçant, avec des costumes improbables dans ses petites annonces. Elie Semoun nous faisait rire, il pourrait maintenant nous attendrir. Il sort en effet un deuxième album de chansons, drôles toujours, mais douces aussi.
1  2  3  4