Cancer : association Etincelle

Cancer et confidences

avec Cancer : association Etincelle
On appelle, on prend rendez-vous et on vient parler de son cancer du sein, de sa fin du monde à soi, avec d'autres femmes dans la même situation. Etre entendue, se faire chouchouter, se sentir redevenir une femme, voilà ce que propose l'association Etincelle. Mais plutôt que de les raconter, laissons-leur la parole...

Les derniers articles
Benjamin Philippe

On appelle, on prend rendez-vous et on vient parler de son cancer du sein, de sa fin du monde à soi, avec d'autres femmes dans la même situation. Se faire entendre, chouchouter, se sentir redevenir une femme, c'est le souhait d'Etincelle. Mais plutôt que de les raconter, nous leur avons laissé la parole...
Quatre femmes discutent... Etincelle a vu le jour en octobre 2004 grâce à Josette Rousselet-Blanc, qui a été une de nos plus grandes journalistes santé. Hommage à elle. Elle a été une des premières à constater qu'il n'y avait pas vraiment de bonne structure d'aide psychologique pour les femmes atteintes du cancer du sein et a tout mis en œuvre pour créer Etincelle. Plus de 650 femmes y ont été accueillies à bras ouverts pour discuter entre elles, sans tabou. L'objectif est clair : permettre à toutes de redevenir une femme à part entière par la parole (grâce à des groupes de parole) et le "chouchoutage" (sophrologie, réflexothérapie, soins du visage et du corps et gym douce). Mardi 13 juin, 11 heures Dans le salon d'accueil d'Etincelle, quatre femmes discutent entre elles. Isabelle Pugno est la directrice de l'association. Sourire indécollable, cette ancienne assistante DRH dans les BTP accueil, rassure et explique le fonctionnement de l'association. Elle écoute aussi beaucoup. A sa gauche, Monique, 71 ans, ingénieur de recherche au CNRS à la retraite. Elle a eu un cancer du sein en 2004. Puis Catherine Adler-Tal, psychologue. Son rôle est déterminant au sein de l'association. Il lui revient de lever les barrières psychologiques à la parole (en groupe ou en privé). A ses côtés est assise Rosario, elle travaillait dans une banque avant de se faire licencier début 2004, peu avant qu'un cancer du sein ne se déclare. On s'installe à leurs côtés, on écoute...
15 000 Français gagneraient leur vie grâce à des sites Internet comme eBay. Explications et témoignages de ceux qui font leur business sur la toile.
Sans être alarmiste, le Président de l'Institut National du Cancer (INCa), David Khayat, a lancé la campagne de prévention contre le mélanome été 2006 avec conviction : "A l'orée 2040, le cancer de la peau pourrait toucher près d'une personne sur cinq." A moins que les enfants et les adolescents ne changent leurs habitudes vis-à-vis de la bronzette. L'INCa rappelle les cinq grands principes pour ne pas "griller" son capital santé à l'appui d'une campagne publicitaire. Le premier consiste à éviter le soleil entre midi et seize heures. Là où le soleil est le plus à la verticale, là où ça "cogne" le plus.Eviter le soleil... pour rechercher l'ombre, le deuxième grand principe. Le crémage intensif, les lunettes de soleil, tee-shirt et autres pare-soleil sont les derniers conseils... Il y a 60 000 nouveaux cas de cancer de la peau par an en France. La plupart sont bénins et soignés efficacement. Seuls 10 % sont très graves. Le mélanome est une forme de cancer au potentiel métastatique élevé et son dépistage précoce accroît les chances de guérison. "C'est pour ça que tout se joue à l'enfance et l'adolescence. La première prévention du mélanome consiste à éviter les coups de soleil", insiste David Khayat.
Publicité