Sacré(e) mec !

avec
''"La première de toutes les femmes..."'' George Sand (1804-1876), de son vrai nom Aurore Dupin, a décidé très jeune être l'égale des hommes, enviait leur liberté et leur indépendance économique. Pour acquérir sa propre autonomie, cette jeune femme est prête à tout : prendre un pseudo masculin, porter des vêtements d'hommes, multiplier les aventures amoureuses (quel casting : Jules Sandeau, Alfred de Musset, Franz Liszt et Frédéric Chopin entre autres) et même fumer des cigares... Qu'est-ce qu'il ne faut pas faire pour être une femme libre au XIXe siècle. ''"Comme créatrice de chefs-d'œuvre, vous êtes la première de toutes les femmes, vous avez ce rang unique, vous êtes la première femme au point de vue de l'art, non seulement dans notre temps, mais dans tous les temps"'', écrivait Victor Hugo à George Sand en 1875.   Défenseur de la femme Cet écrivain de talent et prolifique (70 romans et 50 volumes d'œuvres diverses) est considéré d'abord comme le fleuron du romantisme social voire du roman socialiste. Mais, dès ses premières œuvres, "Indiana" et "Valentine" en 1832, Sand se pose en défenseur de la femme, plaide pour le droit à la passion, à l'amour souverain et attaque le mariage. Au préalable de l'affranchissement de la femme, elle oppose une autre urgence, la fondation d'une société où la misère serait proscrite. Désormais son combat sera politique, aux côtés des prolétaires. Elle se définit elle-même comme une communiste.  
Publicité