Une maternité pour Kokoro

avec
Kokoro, petit village du Bénin Vidome est une association à l'origine destinée à favoriser l'enseignement aux enfants du Bénin. A l'occasion du travail sur le terrain en juillet 2004 dans le village de Kokoro, l'équipe de Vidome a été alertée sur le manque de maternité. Les 18 membres de Vidome se sont alors mobilisés, de la récolte des fonds à la construction de la maternité. Lilas Bigret-Combes, secrétaire de l'association Vidome, témoigne."''En 2005, j'avais 20 ans, je suis partie en mission d'été à Kokoro avec la Guilde Européenne où j'ai découvert Vidome. Les femmes accouchaient là-bas dans une pièce de 10 m2 d'un tout petit dispensaire, sans électricité, ni eau. En cas de problème, il fallait envoyer la femme à la maternité qui est à 40 km. Or la nuit il y a les "coupeurs de route"...'' Il n'était en aucun cas question d'anesthésie, ni d'ailleurs de suivi de grossesse... La récolte des fonds Le projet de Vidome a rapidement récolté des fonds de tous les côtés : 6 500 euros de la dotation Nord-Sud, 1 000 euros de le Guilde européenne au titre de la récompense pour "meilleure suite de mission", et aussi une bourse, "Envie d'agir" du ministère de la jeunesse et des sports... Soit un total de 29 000 euros sur les 33 000 nécessaires à la construction de la maternité. Le village a complété à hauteur 7 000 euros. Le projet était bouclé.En 2006, "Gynécologie sans frontières" délègue une sage-femme qui rejoint Kokoro avec le président de Vidome pour le démarrage des travaux de la maternité. Les villageoises sont invitées à participer au chantier. Le rapport de la sage-femme est enthousiaste. "''En réalité, ils se débrouillent bien ! Nous n'aurons donc pas besoin d'envoyer de sage-femme au Bénin. Il y aura une formation en interne.''"

Les derniers articles
Jessica Thomas, rédacteur

© SeniorPlanet
A chaque femme ses fantasmes, plus ou moins fous, plus ou moins sages, mais toujours renouvelés. L'essentiel de l'enquête FemmesPlus pour un petit voyage dans l'imaginaire érotique féminin.
La baisse du désir sexuel, les troubles de l'érection chez l'homme ou la chute de la libido chez la femme sont parfois les premiers symptômes d'une maladie. Parlez-en donc à votre médecin même s'il s'agit d'un sujet délicat.
Kokoro, petit village du Bénin Vidome est une association à l'origine destinée à favoriser l'enseignement aux enfants du Bénin. A l'occasion du travail sur le terrain en juillet 2004 dans le village de Kokoro, l'équipe de Vidome a été alertée sur le manque de maternité. Les 18 membres de Vidome se sont alors mobilisés, de la récolte des fonds à la construction de la maternité. Lilas Bigret-Combes, secrétaire de l'association Vidome, témoigne."''En 2005, j'avais 20 ans, je suis partie en mission d'été à Kokoro avec la Guilde Européenne où j'ai découvert Vidome. Les femmes accouchaient là-bas dans une pièce de 10 m2 d'un tout petit dispensaire, sans électricité, ni eau. En cas de problème, il fallait envoyer la femme à la maternité qui est à 40 km. Or la nuit il y a les "coupeurs de route"...'' Il n'était en aucun cas question d'anesthésie, ni d'ailleurs de suivi de grossesse... La récolte des fonds Le projet de Vidome a rapidement récolté des fonds de tous les côtés : 6 500 euros de la dotation Nord-Sud, 1 000 euros de le Guilde européenne au titre de la récompense pour "meilleure suite de mission", et aussi une bourse, "Envie d'agir" du ministère de la jeunesse et des sports... Soit un total de 29 000 euros sur les 33 000 nécessaires à la construction de la maternité. Le village a complété à hauteur 7 000 euros. Le projet était bouclé.En 2006, "Gynécologie sans frontières" délègue une sage-femme qui rejoint Kokoro avec le président de Vidome pour le démarrage des travaux de la maternité. Les villageoises sont invitées à participer au chantier. Le rapport de la sage-femme est enthousiaste. "''En réalité, ils se débrouillent bien ! Nous n'aurons donc pas besoin d'envoyer de sage-femme au Bénin. Il y aura une formation en interne.''"
La maternité semble désormais sous contrôle. Les enfants, c'est quand on veut, comme on veut... Alors, sommes-nous vraiment toutes des mamans en puissance ? Alors que l'on peut aujourd'hui se permettre d'être des non mamans ou des mamans à tous prix. Regards sur la nouvelle maternité... Paulette Une femme qui n'a pas eu d'enfant, par choix. Dès les premières minutes, elle soupire. ''"Unefemme qui ne désire pas d'enfants ne devrait plus avoir à se justifier qu'une femme qui en désire un. Et pourtant !"'' Cette femme sûre d'elle, heureuse dans son couple, doit affronter régulièrement le regard négatif de ses collègues, de sa famille... ''"Comme si une femme qui ne désirait pas d'enfant était un monstre de la nature."'' Il est parfois plus facile de dépasser les instincts naturels que les attentes sociales... Danièle Une femme qui ne pouvait pas avoir d'enfants, mais qui en a eu néanmoins. Car la non-maternité n'est pas non plus une fatalité aujourd'hui. Stérile, Danièle a décidé de se battre et d'adopter, après plusieurs tentatives de FIV. ''"On voulait un enfant pour mettre au monde notre amour de la vie. Même si l'enfant n'était pas de nous, lui donner la chance de connaître le monde, ses joies, ses peines, lui apporter notre regard, notre amour. C'était aussi vrai que d'accoucher de notre propre bébé."'' Un vrai parcours du combattant, bien sûr, mais, au bout du compte, ''"tant pis pour le cliché : ça valait le coup !"''
Couple
De l'originalité ! Selon un sondage datant de 2004, l'élément le plus important est la sonorité du prénom. Puis, vient l'accord entre le prénom et le nom de famille et, en troisième position, avant l'origine et le sens du prénom, vient l'originalité. Explications de Florence Le Bras, auteur de plusieurs livres des prénoms, "''les parents cherchent la diversité. Maintenant que les prénoms ont été libérés, certains en viennent même à créer un prénom pour leur enfant. Cela donne alors des prénoms complètement originaux.''" La recherche de l'originalité pour le prénom de l'enfant à venir est logique, notre enfant étant unique, bien entendu "''Certains parents m'écrivent même pour me confier les prénoms de leur enfant en me demandant de ne pas le noter dans mes livres... ''" La créativité en la matière est d'autant plus facile que la loi (du 8 janvier 1993) a considérablement assoupli sa législation, garantissant virtuellement l'acceptabilité de n'importe quel prénom. Dans la limite de l'intérêt de l'enfant, bien sûr... Un juge anglais a refusé "Coca" et "Cola" pour deux petites jumelles... Mais l'originalité ne tient pas seulement à l'invention d'un prénom, ou au choix d'un prénom inusité. Elle peut survenir d'un simple "décalage", une orthographe originale. Maryne au lieu de Marine par exemple, ou encore la vingtaine d'orthographes différentes pour Tiphaine. C'est aussi le cas de prénoms très anciens : "''Certains parents donnent à leurs enfants les prénoms des arrières grands-parents. Ils s'appellent ainsi Augustine, Léontine... Et, finalement, ça devient original !''"  
Vous avez du mal à vous endormir ? Votre sommeil est agité ? Vous êtes anxieux, stressé ? L'acupuncture peut peut-être vous aider... Faisons le point sur ce traitement trop méconnu et sur son efficacité pour lutter contre certains troubles du sommeil.
Des différences inacceptables La mauvaise santé reproductive et sexuelle affecte majoritairement les femmes et les adolescents. Elle est la deuxième cause de maladie et de mortalité dans les pays en développement, et la neuvième dans les pays industrialisés. Une des causes principales de cette mauvaise santé est la maltraitance faite aux femmes. Une violence physique et sexuelle est mentionnée par une femme sur deux ou sur six selon les pays. Et pourtant... Lors de la conférence du Caire en 1994, la reconnaissance de l'égalité des sexes, l'élimination de toute sorte de violence envers les femmes et le contrôle de leur fertilité figuraient parmi les droits universels... Tristes chiffres Les grossesses non désirées et leurs conséquences, dont l'avortement, restent importants et souvent lourds de conséquences sur la santé des femmes. 80 millions de femmes ont une grossesse non désirée chaque année, 45 millions avortent, et pour une trop grande part, ces grossesses sont dues à un acte de violence masculine. 19 millions de femmes ont recours à un avortement dangereux chaque année, 70 000 en meurent... Enfin, 210 millions de femmes (dont 1/3 de moins de 25 ans) subissent des complications de grossesse et 500 000 meurent avant, pendant ou après l'accouchement.
Le CV est un casse tête. Testing CV, CV anonyme, manuscrit, audio ou vidéo, rendre son curriculum vitae efficace est le challenge du chercheur d'emploi. Depuis le début novembre, la société BoostCV, spécialisée dans la conception de CV vidéo, propose l'opération "BoostCV pour les seniors".
La construction d'un CV attractif n'est pas toujours évidente... Alors pourquoi ne pas profiter des nouvelles technos et monter son profil en vidéo ? Il fallait s'appeler BoostCV pour y penser. BoostCV, le CV nouvelle génération ID & Performance, société spécialisée dans la vidéo sur Internet, a lancé "BoostCV" fin septembre 2006. Il s'agit de conjuguer présentation vidéo et CV "papier" du candidat pour sortir de la "masse". Le CV vidéo permet "de mettre en avant ses qualités personnelles et professionnelles, ce que le CV papier seul ne peut faire", indiquent ses créateurs. Prenant le contre-pied du CV anonyme, le CV vidéo prône la transparence totale et l'expression optimale de la personnalité du candidat à l'emploi. Ainsi, la première impression parfois négative liée à la photo, au nom ou encore à l'âge pourra être tournée en faveur du candidat, qui dispose là de plus d'espace et de temps pour s'exprimer. Place donc à la présentation générale, au dynamisme, à l'élocution, et aux arguments essentiels (expériences professionnelles, aptitude aux langues étrangères, etc.).
© Lilas Bigret-Combes
Il était une fois Kokoro, un petit village béninois où les femmes accouchaient à grands risques dans la minuscule salle de soins d'un petit dispensaire... Un jour, l'équipe de Vidome est arrivée pour un projet d'éducation aux enfants. Et là, est né le projet d'une maternité ! Diapo !
© Lilas Bigret-Combes
Il était une fois Kokoro, un petit village béninois où les femmes accouchaient à grands risques dans la minuscule salle de soins d'un petit dispensaire... Un jour, l'équipe de Vidome est arrivée pour un projet d'éducation aux enfants. Et là, est né le projet d'une maternité ! Diapo !
Publicité