Les recettes de Wafaae

Les recettes de Wafaae

avec Les recettes de Wafaae
Wafaae, la maîtresse des massages des Bains de Montorgueil, la reine de ces "parenthèses enchantées" masse à la berbère, comme chez elle, aux céréales et à l'huile d'argan. Elle distille de précieux conseils beauté... ''En partenariat avec le magazine DM''

Les derniers articles
Lionel Paillf¨s

Une parenthèse enchantée Les cheveux parfumés au santal et les yeux au regard de velours, Wafaae fait entendre son éclat de rire communicatif du fin fond du hammam. Dans ce riad de poche qui joue la petite musique du dépaysement (céramiques bleues, murs couverts de tadelakt couleur beige, prune et chocolat, vasques anciennes en zelliges), elle est la reine. Elle va et vient en chantant, prépare son rassoul avec délicatesse, allume une à une les bougies dans le petit escalier, cherche ses huiles de massage, enroule sa fouta (paréo) autour des hanches, et veille à ce que ni le bruit, ni les pensées chagrines ne viennent troubler le calme de cette parenthèse enchantée. Les Bains Montorgueil sont nés il y a trois ans. Ce cocon à la décoration colorée, grand comme un cabinet de curiosités, baigné dans les fragrances de fleur d'oranger, fidèle à ces hammams de quartier authentiques que l'on trouve à Casablanca ou à Marrakech. Idéal pour se faire chouchouter dès que le baromètre du spleen est en hausse. La gommeuse est sacrée Née à Tiznit, au sud d'Agadir, Wafaae affiche une joie de vivre et une désinvolture inébranlable. Pour elle, "''le bonheur est l'affaire de toute une vie''". Alors, quand elle masse, quand elle entreprend un gommage du corps, c'est avec cette volonté de changer la vie de l'autre, de lui faire plaisir. Elle raconte qu'au Maroc, la gommeuse est sacrée. "''C'est presque la deuxième maman, on lui raconte tout, on lui confie ses secrets : la naissance des enfants, les soucis familiaux ou professionnels''", confie Wafaae, ''en se souvenant de ses premiers pas de masseuse...''" Mon tout premier patient, c'était mon père, que je me vois encore masser alors que j'avais trois ans et demi. Puis est venu le tour de ma mère. Dès qu'elle arrivait à la maison, je sautais sur le canapé pour la détendre... ''En partenariat avec le magazine DM''
Publicité