Unis par l'amour et pour la paix

avec
Il y a huit ans, jour pour jour, Abdallah II accédait au trône de Jordanie. Le roi repense sûrement avec émotion à ce coup de tonnerre qui bouleversa sa vie de prince et celle de sa jeune femme. Sans doute lui revient aussi en mémoire, avec une sérénité mêlée d'un brin de nostalgie, cet autre coup de foudre, encore plus ancien mais tout aussi déterminant pour son destin, survenu lors d'une soirée donnée par son frère cadet, Faycal, et la princesse Alia. Celui que l'on auréole d'une réputation de don Juan ne va pas être long à y remarquer la silhouette longiligne d'une jeune femme brune. Fille d'un pédiatre palestinien, elle travaille dans une banque d'Amman dans laquelle elle a rencontré le frère du roi. Abdallah tombe immédiatement amoureux de Rania, alors âgée de 22 ans. Leur mariage, célébré le 10 juin 1993 à Amman, est un jour de liesse pour la Jordanie. Premières années insouciantes et tranquilles, ponctuées par la naissance de leurs deux premiers enfants, le prince Hussein, en 1994, et la princesse Iman, en 1996. Quand survient le coup de théâtre de leur vie, au début de l'année 1999. Mourant, le roi Hussein décide de léguer la couronne à son fils aîné plutôt qu'à son frère Hassan, prince héritier depuis plus de 20 ans. La jeune femme, devenue en l'espace de quelques jours la plus jeune reine du monde, évoquera souvent ces premières semaines où la vie du jeune couple a basculé : "Tout d'un coup, nous nous sommes retrouvés sous les projecteurs et le moindre de nos mouvements est étudié. Notre vie quotidienne est devenue beaucoup plus formelle."

Les derniers articles
Point du Vue

La vie des stars
Raison n°1 - Albert veut, pour le moment, protéger Charlene. La scène se déroule sur le plateau de la célèbre émission d'ABC, "Good Morning America". Albert vient à peine de ranger son smoking blanc au vestiaire et de dire au revoir à Charlene après le gala de la Croix-Rouge, qu'il stupéfie son auditoire américain en déclarant, tout de go, et avec un certain sang-froid d'acteur : "Je n'ai pas plus de projet dans l'immédiat que dans un futur lointain. Comme vous le savez, à chaque fois que l'on me voit en compagnie d'une jolie fille, ce qui arrive plus d'une fois, tout le monde prononce la fatidique lettre M". Nous sommes à la mi-août, et le souverain monégasque a traversé, seul en effet, l'Atlantique pour assister à l'ouverture du festival de jazz de Newport. De son côté, Charlene a regagné, solitaire, l'Afrique du Sud. Le prince est venu à Rhode Island fêter le 50e anniversaire de High Society (Haute Société), le dernier film tourné par Grace Kelly, comédie musicale dont Cole Porter avait signé la musique. Evidemment, les journalistes américains, se souvenant qu'en 1955 Rainier avait annoncé ses fiançailles à Philadelphie, espèrent assister à un remake. Avec d'autant plus de curiosité que les récentes révélations sur l'existence de Jazmin Grace, la fille cachée du prince, ont relancé depuis quelques mois l'intérêt pour la chronique monégasque. Charlene et Albert déconcertent une fois encore. Et l'on peut s'étonner des propos assez étranges d'un homme qui s'est pourtant toujours comporté en gentleman. La charmante nageuse sud-africaine ne serait donc rien de plus qu'une "jolie fille" dans la longue liste des prétendantes ? Bientôt un prénom oublié appartenant au passé sentimental d'Albert. Mais alors, pourquoi l'avoir ainsi exposée, au risque d'une cruelle désillusion, lors du grand rendez-vous mondain de l'été ? Juste après lui avoir fait goûter au fruit défendu, palaces, diamants, toilettes de grands couturiers, dîner en tête-à-tête et soirées en société... Le carrosse redevenu citrouille, on croise la jeune femme, presque anonyme, dans le hall de l'aéroport de Nice. Depuis, Cendrillon n'avait plus donné de nouvelles. Jusqu'à ce dimanche 27 août. Charlene est de retour sur le Rocher. Plus charmante que jamais dans un ensemble western chic, aux côtés d'Albert, veste marine et pantalon blanc de yachtman. Le couple ne se cache pas plus aujourd'hui qu'hier. Dûment "badgés", Albert et Charlene se promènent en toute tranquillité, au milieu du public, observant de loin les compétitions du championnat du monde de jet-ski. Certes, l'événement sportif est presque aussi spectaculaire que le Grand Prix de F1, mais il ne valait pas vraiment le déplacement de Durban. Apparemment, Albert et Charlene supportent de moins en moins l'épreuve de la séparation. Les rendez-vous se font de plus en plus rapprochés. Et leur mariage reprend de la cote auprès des bookmakers. Le démenti du prince n'était là que pour donner le change. Albert a soufflé le chaud et le froid pour protéger Charlene. Avant sa véritable entrée sur la scène médiatique, et une annonce qui pourrait avoir lieu en novembre prochain, lors de la fête nationale, à l'occasion du premier anniversaire de règne d'Albert II de Monaco.
Publicité