L'alibi clic

avec
Au début, c'est rigolo "Dis François, tu trouves pas qu'il devient pénible Hervé, là ? Il pourrait les assumer tout seul ses aventures maintenant". Ras le bol de servir de prétexte, d'excuse, de faux bon motif, de mobile bidon, bref d'alibi au pote qui se la joue extra conjugale ? Au début, c'est rigolo (et puis, on ne sait jamais, on, peux être aussi soi-même dans le besoin un jour...), mais au bout de la huitième fois depuis le début de l'année, cela commence à peser. D'autant que sa légitime appelle au moins trois fois par jour au bureau, qu'elle n'hésite pas à demander à vous parler personnellement pour avoir plus de précisions sur son absence prolongée à l'heure du déjeuner ou encore sur ce fameux séminaire programmé à la fin du mois et d'où les femmes et les zenfants sont exclus. Ca craint velu. Mais heureusement, la solution est là, au bout de la souris. Clic, et voici l'alibi en ligne. Fini les mensonges, les hésitations et autres tergiversations... Le père Jérôme va pourvoir aller se connecter pour fomenter ses mauvais plans. C'est simple, ultra discret et super béton. Le premier "alibisite" est Mona-libi. Il affiche une étonnante Mona Lisa sur sa page d'accueil ainsi toute les vertus de sa mission : ''"Anticiper, prévoir, justifier, organiser les absences inavouables à l'entourage... S'offrir quelques moments de liberté sans éveiller les soupçons... Cultiver son jardin secret à l'abri des regards..."''. La messe est dite. 50 euros d'inscription et ''"à partir de"'' 100 euros l'alibi prestation. Mais Mona-libi va encore plus loin et propose d'assurer l'escapade de A comme "ah, chérie, enfin un week-end ensemble" à Z, comme "zut, elle a encore appelé pour savoir où j'étais". Soit de la réservation de la chambre et du resto "avé" les bougies... à la permanence téléphonique et alerte Sms. 
Publicité