"''Parce qu'une femme malade n'est pas que malade''" est le slogan et leitmotiv d'Anne Matalon. Malade, elle rêvait d'un lieu d'accueil convivial hors de l'hôpital. Depuis, l'idée a donné naissance à L'embellie, une boutique spécialement conçue pour les femmes atteintes par un cancer.

L'embellie, 29, boulevard Henri IV
"L'embellie" se trouve au 29, boulevard Henri IV dans le IVe arrondissement de Paris. Entre une brasserie et une pharmacie, la devanture verte et rose fleure bon l'accessoire féminin. C'est le genre de boutique où l'on a envie d'aller faire un petit tour les jours de grisaille pour égayer le quotidien.

L'accueil y est des plus chaleureux. Les écharpes à pompons, les foulards, les chapeaux ont des couleurs chatoyantes. Des objets de décoration, des bijoux fantaisies jouxtent le petit coin salon. Rien ne presse et l'on a même le temps de déguster un thé "épicé", confortablement installé dans un fauteuil en velours rouge carmin. Sur la table basse fleurie, la lecture est variée mais le sujet unique : vivre avec un cancer.

"''J'ai eu envie de créer un endroit pratique pour les personnes atteintes d'un cancer, qui regroupe tous les besoins et évite de multiplier des démarches difficiles''", explique Anne Matalon, quarante-six ans.

Rapprocher malade et bien-portant
Ecrivaine, Anne travaillait au service communication de la Caisse des dépôts pour subvenir à ses besoins. En 1998, elle a été touchée par un premier cancer des ovaires. Rétablie, elle décide d'éviter le stress et de prendre plus soin d'elle. Mais, trois ans après, elle rechute et les complications durent plus longtemps. "''Au pronostic, je pensais que jamais je ne retravaillerais. Puis, je suis allée mieux et de nouvelles perspectives se sont ouvertes. J'ai eu envie de plus d'indépendance, de créer à ma manière et avec d'autres''", poursuit Anne. Un an et demi après, l'idée a pris forme.

L'embellie, lieu de vie

"''Certaines femmes viennent dès l'annonce du diagnostic pour voir à quoi cela ressemble, mais elles viennent surtout au moment où elles ont besoin d'une perruque ou d'une prothèse mammaire. Et celles, qui comme dans de nombreux cas, n'arrivent pas à se reconstruire régulièrement, doivent changer de prothèse et adapter leurs sous-vêtements''", explique Anne.

Le choix est souvent délicat, psychologiquement difficile aussi. Les essayages peuvent prendre quelques fois plus d'une heure trente. "''Mais, si on est quelquefois débordées, les clientes savent que l'on prendra avec elles autant de temps''", indique-t-elle.

Bénédicte, la souriante orthopédiste de "L'embellie" est sollicitée au téléphone. Qu'à cela ne tienne, la dame qu'elle était en train de conseiller en profite pour consulter la documentation sur les associations de soutien, essayer à sa guise des modèles de bandeaux ou encore regarder les produits de maquillage...

La futilité est la liberté "''L'hôpital donne le nécessaire : un lit et des repas. Le malade n'a pas le droit à la futilité, or c'est votre seule liberté ! Les traitements atteignent tout l'être. On a mal, on est fatigué et nauséeux. C'est déjà s'éloigner de soi-même. Alors, si à chaque fois que l'on se regarde dans la glace, on n'a plus de cils, plus de cheveux, plus de seins... On ne se reconnaît plus, ce n'est pas la peine d'en rajouter ! Et si, en plus, dans le lieu où vous choisissez votre prothèse, vous découvrez des fauteuils roulants, des protections pour l'incontinence, etc. ! Certes, c'est peut-être votre avenir, mais est-ce bien nécessaire d'y être confronté comme ça ?''", interroge Anne.

Publicité

L'écrivaine aux belles idées a aussi pensé aux proches. Certains souhaitent témoigner leur affection, mais ne savent pas comment ou, quelques fois, n'osent pas. C'est là qu'interviennent les objets sympas. Les services à thé, les petites lampes, les trousses de toilettes bariolées sont autant de petits cadeaux qui personnalisent la chambre d'hôpital et égayent le chevet lorsque l'on est alité.

Enfin, à "L'embellie", de nouveaux liens se tissent également, grâce aux ateliers proposés dans l'arrière-boutique aménagée. Des professionnels du maquillage, du yoga, du développement personnel, y interviennent bénévolement.

"L'embellie" 29, boulevard Henri IV, Paris 4èmeOuverture du mardi au samedi de 11 h à 19 hRenseignements : 01 42 74 36 33

L'association "Les ateliers de L'embellie" Adhésion annuelle : 20 eurosChaque atelier : 3 euros

Publicité
Le site de l'EmbellieOctobre rose sur le site de l'Institut national du cancerEssentielles, site de soutien aux femmes atteintes de cancerFemmes avant tout, pour mieux vivre sa féminité dans la maladiePlume de femmes, le Blog-note des femmes touchées par le cancerEtincelles, le site de l'association"J'ai un cancer et après", une opération du Ministère de la santéFemmesPlus vs le cancer : tous les articles !
Publicité