Adeline Lescanne a, comme qui dirait, du succès dans les affaires... La rengaine ressemble à un refrain de Plamondon, mais la comparaison s'arrête là. A 27 ans, la jeune femme n'a pas le blues de la business woman, loin de là. Primo, elle fait ce qu'elle a toujours voulu faire : de l'agro-alimentaire, version humanitaire. Deuzio, son "succès, les bons résultats de son entreprise, son audace et sa témérité" viennent d'être salués par le Prix Veuve Clicquot de la Femme d'Affaires 2006.

Comme la Veuve Clicquot, alias Madame Barbe Nicole Clicquot Ponsardin, qui bâtit le prestige de son Champagne sur les germes plantés par son défunt mari, c'est au sein de l'entreprise familiale qu'Adeline Lescanne a fait ses preuves. L'entreprise, perdue dans un petit coin de Normandie, c'est Nutriset. Une société familiale (fondée par son papa) d'agro-alimentaire spécialisée dans la production d'aliments à destination des populations victimes de malnutrition "sévère". Un terrain d'action qui, depuis sa création en 1986, les mène bien au-delà des frontières normandes et françaises. C'est en Afrique, ce continent "constamment touché, par des problèmes de malnutrition, en dehors même des grosses crises sanitaires, que sont majoritairement diffusés les produits, via des canaux humanitaires (ONG, Nations Unies, organisations humanitaires....)", explique la jeune femme.

Mais l'aventure d'Adeline, c'est surtout Plumpy'nut, la "noix dodue"... Un produit "miracle" à destination des enfants, devenue incontournable à l'humanitaire. Particulièrement riches en matières énergétiques, les sachets de Plumpy'nut sont surtout prêts à consommer, sans ajout d'eau ni cuisson et si faciles à transporter. Ce qui limite grandement les risques de propagation de quelconque virus et mauvaises bactéries, véhiculés par l'eau par exemple.

Lancé en 98, le succès de Plumpy'nut est immédiat. Des milliers de vie sont sauvées. Le réseau doit s'agrandir. Forte d'un Master en "agro-alimentaire international", son expérience de l'Afrique et sa passion pour le développement durable, Adeline Lescanne apparaît comme la personne idéale pour poursuivre cette mission. "L'idée était de créer des lieux de production en Afrique afin de mieux répondre aux besoins urgents" explique t'elle. "Franchiser des producteurs locaux nous a donc semblé la meilleure solution".

Success story

Le deal est simple : "On met à disposition la marque et le brevet, on forme les techniciens, et on les aide à développer la production. En contrepartie, ils s'engagent à respecter notre déontologie, notre éthique... Ce sont eux qui doivent gérer, sur place directement, les relations avec les ONG. Et puis, aucune offre "privée" ne doit être acceptée."

Publicité
"Il y a un an et demi, alors que l'urgence devenait vraiment importante, nous avons mis en place trois franchises, une au Niger, une en République Démocratique du Congo et une au Malawi. Mais nous n'allons pas nous arrêter là. Nous avons des projets de partenariats en Ethiopie, au Mozambique, à Madagascar, en République Dominicaine..." L'idée est de mettre en place des actions durables et non de réagir à des crises et des situations d'urgence. Nutriset est la seule à faire cela : produire localement, avec des ressources locales.
Publicité