C'est l'histoire d'une fille fidèle qui va régulièrement chez le même coiffeur. Elle se fait faire une belle couleur, bien plus belle que la sienne, avec des mèches, des balayages, un soin de temps en temps pour arranger les choses, un gloss pour faire brillant et un petit coup de ciseaux minuscule, parce qu'elle les laisse pousser. Elle aime bien le côté juvénile.
Eh bien cette fille, voilà ce qui lui est arrivé. Pour dire la vérité, tout ne lui est pas arrivé le même jour, faut pas exagérer, mais juré, craché, tout est vrai de vrai.

Cette fille, qui rentre là dans le salon, on pourrait dire que c'est moi, pour simplifier.

Olga, la réceptionniste maternelle
La réceptionniste s'appelle Olga. Elle prend mon manteau, me demande de mes nouvelles. Elle me trouve encore bronzée, ce qui est miraculeux.
Jusque là, tout va bien. Jusqu'à ce que Olga m'entoure le torse de ses bras maternels avec la ceinture et la serre à mort, avec le nœud en plein sur mon plexus.
"Dites, Olga, je pourrais pas me la nouer moi même, la ceinture, à l'endroit qui me va, faire mon stylisme de confort comme une grande ? +a va pas vous blesser, au moins ?"

Amira, la shampooineuse rieuse La shampooineuse n'est pas toujours la même, mais je ne suis pas sûre, parce qu'on la voit peu. Elle est plutôt derrière les clientes... En général, elle s'appelle Amira, elle sourit avec des boucles d'oreilles et des Birk à paillettes quand elle m'accueille au bac. Jusque là, tout va bien. Elle me demande si l'eau tiède n'est pas trop chaude, et ensuite si l'eau tiède n'est pas trop froide, puis si ça va, si elle n'est pas trop chaude. "Amira, tout va bien". Bon, ça coule un peu, mais j'éponge. Puis, en plein dans l'action, derrière ma tête, chuchotements à voix extra basses, et fous rires silencieux, mais pas tant que ça, avec Violette du bac d'à côté. Ca cafouille là haut. Les mains d'Amira ne sont plus concentrées du tout. Il y en a même une qui doit, du revers, essuyer une larme de rire puisqu'elle n'est plus sur mon crâne. "Dites, Amira, je pourrais pas avoir cinq minutes rien qu'à moi toute seule, un massage attentif et concentré dans un silence paisible, sans indifférence ? Je suis un peu chiante, ou pas ?"

Amira, la shampooineuse rieuse

Publicité
Elvire, la coiffeuse humoriste La coiffeuse qui rêve de me coiffer s'appelle Elvire. Elle en rêve parce que j'ai les cheveux longs. Jusque là, tout va bien. Je croise Elvire, avec mes racines de deux mois un peu cracra et ma tenue Empire marron. Et là, elle trouve drôle de me dire, tellement fort que ça dérange tout le monde en train de lire ELLE, "Ah, vos cheveux bien moches, pas la peine d'y toucher. Pour faire sauvage, ça fait sauvage!"

"Dites, Elvire, vous recommencez et je cafte à tout le monde que votre vrai nom, en fait, c'est Claudine. Vous ne voulez pas ça, Elvire ? Quoi Elvire, du chantage ?"

Le site de H&K Sculpture

Publicité