Bye bye l'image d'Epinal de la femme enceinte heureuse et épanouie, arborant fièrement son ventre rebondi. A une époque où il faut assurer sur tous les fronts et "réussir" sa grossesse comme on réussit sa carrière, on découvre -oh trahison - que ce n'est pas gagné d'avance !

Peurs et ambiguïtés
"''Sur 9 mois de grossesse, j'ai bien passé 6 mois à flipper'', raconte Elisabeth. ''Au début, c'était la hantise de la fausse-couche, puis la peur du bébé malformé. Ensuite, j'avais la frousse d'accoucher. Je me suis pris la tête pour un oui ou pour un non. Jamais détendue, toujours en alerte.''"
Pour Marie, même souvenir mitigé : "''Un jour, j'étais la plus heureuse des femmes, arborant fièrement mon ventre rond. Le lendemain, saisie d'angoisses sur mes capacités à être une bonne mère, je regrettais presque de l'avoir fait, ce bébé !''"

Dans un cocon
Enceinte, on est dans une bulle, en prise directe avec son bébé. Un état de fusion unique, une expérience intime inoubliable. Pour certaines, cette sensation est formidablement jouissive. "''Avec ce bébé dans le ventre, j'avais des moments où je me sentais invincible'', se souvient Brigitte. ''Accomplie, j'aurais pu vivre longtemps comme cela, en autarcie avec mon petit bout. C'était le Nirvana !''"
Mais il y a un moment où il faut bien "''lâcher''" le morceau. "''Après l'accouchement, il a fallu revenir sur terre. Bonjour le baby blues que je me suis pris !''", analyse-t-elle avec le recul.

Le métier de mère...

Plus jamais comme avant Quand on voit un joli ventre rond, on pense toujours au bébé entrain de s'y fabriquer. Mais rarement à la métamorphose psychique complète que la femme a à vivre. On oublie que dans l'inconscient, ça travaille aussi sérieusement. C'est le chamboulement à hautes doses pour accoucher d'une nouvelle identité, celle de... maman bien sûr. Et ça, c'est rarement dit ! Du coup, les femmes ne le savent pas et s'étonnent de passer par ces hauts et ces bas, ces crises de pleurs et de doutes. Elles se sentent trahies, elles qui attendaient neuf mois de bonheur !

Publicité
Publicité
On ne peut plus revenir en arrière On a définitivement tourné une page, mais ce n'est pas toujours facile de l'accepter ou de se sentir à la hauteur. "''Une grossesse n'est jamais neutre, elle peut réveiller beaucoup d'anciennes blessures, liées notamment au rapport à la mère. Elle interroge l'estime de soi. Au fond, elle fait énormément mûrir'', analyse Sylvia Moura, psychologue. ''En effet, une fois le fœtus conçu, on ne peut plus reculer, il va bien falloir accoucher. Le processus est en marche, la femme y est engagée mais cela lui échappe. Qu'il y ait des bouffées d'angoisses peut paraître bien normal dans ces conditions !''"Alors, soyons plus réaliste. Etre enceinte, oui, c'est le bonheur ! Mais aussi le doute, la culpabilité parfois, l'ambivalence toujours... Le métier de mère, quoi !