Violement insultée dans un bus parce qu’elle portait un short, une toulonnaise de 18 ans a témoigné de son agression sur Facebook. Loin de s’arrêter là, la jeune femme a dénoncé le problème du harcèlement de rue et du slut-shaming.

Le 13 juin 2016, Maude Vallet rentre de la plage à Toulon en prenant le bus. La jeune étudiante en hypokâgne âgée de 18 ans s’est fait insulter à cause de sa tenue vestimentaire : « Je suis très en colère ce soir. Nous sommes en 2016 et je viens de me faire agresser parce que je portais un short. Oui, un short. UN PUTAIN DE SHORT », raconte-t-elle sur sa page Facebook. « Un groupe de 5 FILLES m’a insulté, menacé, craché dessus dans un bus sans que jamais personne n’intervienne, malgré leurs hurlements et les miens », poursuit Maude. Malgré le fait qu’elle ait essayé de se défendre et d’ouvrir le débat en rappelant que, si un homme peut se promener torse nu dans la rue sans problème, une femme devrait avoir le droit de mettre un short, le groupe ne l’a pas laissée tranquille, et elle s’est entendu répondre : « ben parce que t’es une femme, faut se respecter sale conne ».

 Maude décide alors de sortir du bus, mais les filles la suivent : « Elles n’ont visiblement pas apprécié tous les arguments que j’ai sorti en faveur de l’égalité homme-femme et la liberté de disposer de son propre corps puisqu’elles m’ont suivies pour me frapper lorsque je suis sortie du bus et ne sont parties qu’après qu’un homme que j’ai interpellé ait attendu avec moi qu’elles s’en aillent ».

Publicité
Publicité
La partie de cette agression qui a le plus choqué l’étudiante, c’est que ce sont des femmes qui en sont les auteures. « J’avais l’habitude des pelos relous qui te klaxonnent et te sifflent comme un chien parce que tu as le malheur de disposer d’un vagin, qui viennent te harceler parce qu’ils ne comprennent pas ton « non », je connaissais les propos misogynes et salaces quand tu n’as apparemment pas assez de tissu sur toi pour protéger ta vertu, mais que ça aille aussi loin AVEC DES FEMMES pour un pauvre short, c’est un triste première », écrit Maude Vallet. Elle conclut : « Nous sommes en 2016 et malgré ce qu’en disent certains, le combat féministe est bien loin du compte ». Elle ajoute une photo d’elle portant le short à l’origine de l’agression, et précise « que ce pauvre évènement ne [l’]empêchera pas de [le] reporter, BIEN AU CONTRAIRE et n’en déplaise aux cons ».

En à peine deux jours, sa publication a été partagée plus de 28 800 fois, et presque 2000 personnes l’ont soutenues dans les commentaires.

A VOIR - Ariana Grande, féministe dans l'âme

En imagesSexisme ordinaire : ces phrases sexistes que vous avez peut-être déjà entendues

Sexisme ordinaire : les femmes dénoncent les phrases discriminantes qu'elles entendent

  Après l'affaire Baupin, dans laquelle des femmes accusent l'ex-vice président de l'Assemblée Nationale de harcèlement sexuel, d'autres ont décidé de dénoncer le sexisme auquel elles font face tous les jours. L'une d'entre elles a créé le blog Sexisme Ordinaire, pour démontrer que ce genre de situation ne se produit pas que dans le milieu de la p...

Sexisme ordinaire : « J’arrive fifille »

  "Je suis sur le seuil du bureau d’un collègue. Il est 10h20, nous avions rendez-vous à 10h avec une collègue et lui.  Je lui demande s’il compte nous rejoindre à la réunion. Il me répond :« j’arrive fifille ». Je précise que j’aurai 50 ans cette année. Mais même à 20 j’aurais trouvé ça insultant… ce que je n’ai pas manqué de lui dire. #se...

Sexisme ordinaire : « Mais il n’y a que des boulots de mecs ! »

  "Au cours d’une formation, on nous donne une liste des métiers pour lesquels les compétences que nous venions d’acquérir seraient utiles. La liste allait d’« ingénieur acheteur » à « ingénieur gestion des systèmes industriels » en passant par « ingénieur sécurité informatique ». Ma voisine, lisant cela, s’exclame : « mais c’est n’importe quoi, i...

Sexisme ordinaire : « Je suis un père qui baise, un père qui baise sa fille ! »

  "Je suis une femme travaillant en cuisine. Autant te dire que je ne compte plus les exemples de remarques sexistes au boulot. Ma « préférée » : à l’époque, j’ai 19 ans et je suis en stage chez un grand traiteur parisien. Un de mes responsables, la quarantaine passée, me propose d’aller boire un verre. Surprise, je lui fais remarquer qu’il...

Sexisme ordinaire : « Je laisse ma femme à la cuisine, c’est pas pour m’en coltiner une la journée »

  "Un matin dans le vestiaire commun à tous les corps de métier. Je sors accompagnée de mes collègues. Et là, de nulle part, l’un des plombiers, pas tout jeune, lance : « je laisse ma bonne femme tous les matins derrière sa cuisinière, c’est pas pour m’en coltiner une la journée sur le chantier »… Bah mon vieux, désolée pour toi mais j’y suis, j...

Sexisme ordinaire : « C’est bien un truc de femme pour aller chercher les enfants ça »

  "Réunion d’équipe, fonction publique. Le chef annonce avec réticence la mise en place du pointage et donc de plages à horaires variables. Nous pourrons donc quitter le bureau à partir de 16h30 tant que nous réalisons nos heures sur le mois. Remarque de mon chef : « finir à 16h30, c’est bien un truc de femme pour aller chercher les enfants ça… » ...

Sexisme ordinaire : « Je pourrais parler à l’un de vos collègues masculins plutôt ? »

  "Première expérience professionnelle. Support technique informatique en call center pour un appareil qui sort pour la toute première fois. A chaque appel, nous avons, tous, la même phrase d’introduction. Le téléphone sonne. Je décroche, me présente et le client me sort : « ah désolé mais est-ce que je pourrais avoir l’un de vos collègues mascu...

Sexisme ordinaire : « On va finir ça à l’hôtel ? »

  "Réunion avec mon boss, on travaille sur une proposition commerciale pour un client. Il est tard, le document est loin d’être fini. Et tout naturellement mon boss me sort, sourire en coin : « on va finir ça à l’hôtel ? ». Non, vraiment, merci mais ça ira. #sexismeordinaire"

Sexisme ordinaire : « Tu m’accompagnes aux toilettes ? Je ne peux pas porter de choses lourdes »

  "Dans la même journée, mon responsable m’a adressé deux fois la parole pour me dire : « 1. si tu n’avais pas de pieds, tu ne mettrais pas de chaussures, alors pourquoi tu mets des soutiens-gorges ? » et « 2. mon médecin me déconseille de porter des choses lourdes, tu m’accompagnes aux toilettes ? » Classe et approprié tout ça. Le grand chelem. #...

Sexisme ordinaire : « Cette grossesse, c’est un accident ? »

  "Jeune cadre d’une grosse boîte de l’industrie chimique. J’ai 29 ans, en poste depuis presque 3 ans. J’annonce ma grossesse à mon N+2. En anglais car il est allemand. Sa réaction, sans détour : « is it an accident ? ». Évidemment, faudrait surtout pas que j’en ai eu envie hein. #sexismeordinaire" Témoignage publié sur www.sexismeordinair...

Autres diaporamas