La signature découragée

Publicité
"Ce que l'on voit tout de suite dans ce genre de signature, c'est le mouvement descendant.", note Joëlle Osanno, graphologue. "Le nom et le prénom sont lisibles mais les lettres sont étroites, plus hautes que larges, la pression est faible. L'ensemble évoque une hypersensibilité, une  inhibition, un découragement. Le point semble fermer, clore quelque chose, on est sur le registre du "un point c'est tout". Toutefois il peut ne s'agir que d'une période difficile, traversée par la personne. C'est pourquoi un graphologue ne se base jamais sur la seule signature et prend toujours le temps d'un entretien, ne serait-ce que par téléphone avec celui ou celle dont il analyse l'écriture."

Publicité