Pour le tabac, les ados se calment. Fumer, c'est quasi "has been", ça coûte les yeux de la tête et on ne peut même plus s'en griller une entre copains au café. Résultat : ils ne sont plus que 33 % à fumer régulièrement, garçons et fille confondus (contre 41 % en 2000)(1). Le look Malboro Man, c'est pour les "vieux".

Fumer, c'est out. Boire c'est du sérieux
Pour l'alcool, ils se distinguent aussi de papa-maman. Bonne nouvelle : il y a de moins en moins de consommateurs réguliers chez les jeunes. Par contre, quand ils boivent, attention ça ne rigole plus : ils lèvent le coude jusqu'à en rouler sous la table. La cuite est à la mode, le week-end lors des fêtes ou des sorties entre copains, pour un jeune sur deux. Le ''binge drinking'' à l'anglo-saxonne a traversé la Manche. Boire, c'est du sérieux, c'est bel et bien pour rester raide, jusqu'à frôler le coma éthylique. Votre "petit" n'a que douze ans ? Vous pouvez déjà aborder la question sans tabou : les enquêtes montrent que 70 % des garçons et 62 % des filles ont déjà bu à cet âge-là (2) !

De plus en plus banal : le joint
Finalement, ce qui se diffuse le plus parmi les ados, c'est la consommation de cannabis. Souvent, ils fument des joints avant même de fumer des cigarettes et c'est comme cela qu'ils en viennent au tabac. C'est dire à quel point la consommation de cannabis s'est banalisée. A 17 ans, la moitié des jeunes a déjà expérimenté la substance et 15 % des garçons et 6,8 % des filles sont des consommateurs réguliers (1). Contrairement à l'alcool, les joints se prennent surtout en semaine, entre amis mais aussi seul, surtout chez ceux qui fument régulièrement.

(1)OFDT, enquête ESCAPAD 2005.
(2)Bulletin épidémiologique hebdomadaire de l'INVS, 25 mars 2008.

Culture du cannabis...

Une culture parallèle Nouvelle transgression, le cannabis nourrit toute une culture parallèle : on trouve sur Internet des sites qui vendent des semences, des conseils de culture avec milieux de culture, engrais et matériels divers, des recettes pour faire des joints avec du tabac et de la résine, des pipes à eau...Aujourd'hui, le prix moyen d'un gramme de cannabis se situe aux alentours de 4 € : en dix ans, il a baissé de 30 %... Par contre, la teneur en THC (le produit psycho-actif) n'a fait qu'augmenter dans le même temps (multiplié par deux entre 1993 et 2004 et par 5 par rapport aux bons vieux joints de mai 68 !).

Les autorités sanitaires s'alarment C'est cet accroissement important de la teneur en THC qui pose problème. Le THC entraîne une dépendance psychique très importante. Ses effets sont d'autant plus grands que les premiers joints sont consommés tôt. On note des troubles de la mémoire, de la concentration et une baisse de la motivation, avec comme corollaire une baisse des résultats scolaires. Soit le cannabis rend léthargique, soit il désinhibe, incitant à la prise de risque ou à la violence. Conduire après avoir fumé un joint est en soit dangereux. Mais conduire après avoir fumé et bu de l'alcool multiplie par 14 le risque d'accident mortel. Sans oublier que la loi interdit non seulement la vente, mais aussi la détention, l'achat et l'usage de stupéfiants, dont le cannabis. De quoi faire réfléchir... Et nourrir (le plus tôt possible !) les discussions en famille...

Publicité

Plus d'infos ! Pour en savoir plus ou trouver de l'aide :Le Fil Santé Jeune ou au 0 800 05 41 41 Ecoute Cannabis ou au 0811 91 20 20

Publicité
Connaissez-vous vos ados ? Faites le test !L'''Astro Ados'', pour mieux le comprendreEtre accro au chocolat, c'est possible ?Kate Moss et la drogueVidéo de Drogue info serviceClip de prévention