Envoyer ses voeux, oui mais à qui?

Vintage 'Fiez-vous à votre bon sens… et à votre bon coeur', conseille lady Cartland, qui propose de se poser tout simplement la question suivante: 'Ai-je envie de leur faire plaisir?' 

Publicité
ModernePlus formelle, la baronne Hargitay-Gran cite la correspondance 'de circonstance', de la personne la plus jeune à la plus âgée, du subordonné à son supérieur, de celui 'qui doit quelque chose à son correspondant: exemple, vous avez passé quelques jours chez des amis cet été, c’est donc à vous d’envoyer vos voeux en premier'. En conseillant de 'coller un joli timbre sur l’enveloppe, il est au même prix que les autres.' Pas faux.

Publicité