Vendredi 13, chat noir, trèfle à quatre feuilles, fer à cheval : pourquoi portent-ils bonheur, ou malheur ? Légendes, faits historiques ou vérités scientifiques, voici les origines de nos superstitions les plus courantes !

L

Le 13, nombre porte-malheur !

Les chiffres, nombres et numéros sont parmi les principales sources de superstitions : nous avons tous des numéros fétiches ou porte-bonheur, liés le plus souvent à notre date de naissance... Parmi tous ces nombres, le 13 est presque universellement reconnu, dans les sociétés occidentales, comme un porte-malheur : dans certains pays, notamment aux Etats-Unis, il n'y a pas de treizième étage dans les immeubles, ni de chambre 13 dans les hôtels, ni de 13e rang dans les avions !

Quelle sont les origines de la superstition ?

- Dans l'Antiquité, le 12 était un nombre "parfait" : les 12 dieux de l'Olympe, les 12 signes du Zodiaque, les 12 mois du calendrier... Le 13 était le nombre qui venait rompre cette perfection, il était donc considéré comme "néfaste".- Dans la Bible, la Cène réunit à la même table les 12 apôtres plus le Christ... qui sera trahi par Judas ! Etre 13 à table est depuis considéré comme le signe qu'un malheur va s'abattre sur un des convives !- Dans le jeu de tarot divinatoire, le 13 est le numéro de "L'arcane sans nom", ou "La mort", représentée par un squelette tenant une faux. Tirer cette carte est donc un signe de mauvais augure...

Le saviez-vous ?

Publicité
- La peur du nombre 13 est appelée triskaidékaphobie.- En Italie, c'est le 17 qui porte malheur (car en chiffres romains il s'écrit XVII, anagramme de Vixi : "J'ai vécu" en latin).- En Asie (notamment au Japon), c'est le 4 qui porte-malheur. Sa prononciation est identique à celle du mot "mort"...

Publicité
Publicité