C'est reparti !
Quelle heure il est ? Hein, quelle heure il est ?
C'est reparti. Le cauchemar recommence. Implacable ! Encore un changement d'heure. Un vrai cauchemar à répétition. Une de ces deux fichues périodes de l'année où je ne sais plus à quelle horloge me vouer.
Et ça me prend toujours par surprise. Jamais prévenue. Jamais prête. Jamais à l'heure de l'heure en fait. Pas cool. Je suis de super mauvaise humeur. Il faut dire que je n'étais même pas encore remise de l'heure d'été. Vrai, cette année, je ne m'y suis pas faite du tout. Forfait, kaput, out total. Je suis même certaine que c'est à cette marche arrière dans le temps tout-à-fait-inopinée que je dois cette grosse fatigue que je traîne comme la misère du monde depuis le printemps dernier... Difficulté au réveil le matin, harassement le soir, stress, angoisses, nervosité, gonflements en tous genres, j'en passe et des meilleures. Bref, j'ai passé un sale quart d'heure tout l'été, jusqu'à ce que la bise fut venue avec son (re)changement d'heure.

Ambiance méfiance
La preuve, ce matin, lorsque le réveil a sonné à 7 heures, non à 8 heures, oh non ! Je veux dire à 6 heures, c'était patate générale. Mine de rien, j'avais gratté une heure d'oreiller-couette au temps qui passe... Remarque, il valait mieux être en forme : la journée a été très très difficile. Il m'a fallu surveiller de près toutes ces horloges qui m'entourent. Ambiance méfiance générale : et celle-là, elle est à quelle heure ? L'ancienne ou la nouvelle ?

L'ancienne ou la nouvelle ?

+a me met la tête au carré D'autant plus difficile que je déteste l'heure sous toutes ses formes et que j'ai donc un penchant naturel affirmé à occulter naturellement tout ce qui peut ressembler de près ou de loin à réveil. Je suis et je pense comme Rabelais : "''Les heures sont faites pour l'homme, et non l'homme pour les heures.''" Les réveils, les montres, les horloges, les horaires, les rendez-vous et les agendas m'exaspèrent. Je déteste ce qui tourne rond, ça me met la tête au carré. En plus, tout ça c'est relatif, les heures, les heures... "''Ce ne sont pas les heures qui sont précieuses, ce sont les minutes''", dixit G. Bernard Shaw, un autre pote dans le mal'heure.

Publicité
Horreur mal heure... Quelle heure il est ? Hein, quelle heure il est ? Mais non, pas l'heure qu'il est. Quelle heure il est ? L'ancienne ou la nouvelle ? Voilà à quoi vont se résumer ma vie et mes conversations pendant au moins les deux semaines qui viennent. Errer hagarde, l'œil torve, plein de doutes, de méfiance et d'angoisse : "''Ok là, il est 6 heures. Mais quelle heure ? L'ancienne ou la nouvelle ?''". Horreur mal heure ! Avec en prime une crise cardiaque assurée quand par mégarde je me laisse aller : ''"Pas possible il est déjà 8 heures !"''. ''"Meuh non, c'est pas la bonne heure là, je l'ai pas changé sur celle-là"''.Bon, trêve de pl'heure-nicheries, j'y vais moi, parce que comme dirait Raymond (Barre) : "''Quand le moment est venu, l'heure est arrivée.''"
Publicité

Plus d'infos !

Tout sur le changement d'heure pour les 3 ans à venir...