Quelle saloperie de cancer que ce cancer du sein. Sur 10 femmes, l'une d'entre nous l'aura un jour. Tardivement ? Pas forcément. Ces quatre dernières années, le nombre de patientes de moins de quarante ans a doublé, passant de 3 à 7 %. La "solution" ? Le dépistage.

Dépistages recommandés
Car plus on s'y prend tôt, mieux c'est... Et en la matière, beaucoup de choses existent. Des examens cliniques, dès les premiers rendez-vous gynéco, l'auto palpation; des "mammos" (mammographies) et des échographies, via le dépistage de individuel conseillé dès 40 ans et gratuit pour les femmes de 50 ans à 74 ans...
Les femmes "à risques", susceptibles de développer un cancer du fait d'un antécédent familial sont plus particulièrement suivies, et ce bien avant 40 ou 50 ans : des mammographies régulières, des échographies, complétés parfois d'examens complémentaires (IRM, ponctions, biopsies).
Avant toutes choses, l'examen clinique, soit la palpation des glandes mammaires par le gynécologue, "''reste l'irremplaçable complément de la mammographie''" ("Le sein", du Dr Marc Espié, cancérologue). Il explique encore que "''80 % des tumeurs palpables sont diagnostiquées par la patiente elle-même (...)''".

L'autopalpation C'est ce que l'on appelle "l'auto-palpation". Louée par les uns, remise en question par d'autres... Côté pour, le Docteur Jean-François Joussier, radiologue et sénologue à Paris : "''Dès 15 -20 ans, les jeunes filles devraient savoir comment se palper les seins ! Chacune devrait le faire, une fois tous les deux mois environ...''" Côté "moins", la gynécologue Annick Grinsztein. Pour elle, "''C'est bien pour celles qui en ont vraiment envie. C'est très compliqué pour les femmes qui ont déjà eu un cancer du sein dans leur famille. De fait, l'auto palpation génère souvent encore plus d'angoisse !''".

Le dépistage "mano"

Publicité
Quadrants par quadrants... "''Cet examen consiste en des mouvements précis'' [que le gynécologue peut indiquer, ndlr] ''à effectuer de préférence en début de cycle, sur les quatre quadrants du sein, les doigts posés à plat, et sous les aisselles. Les mouvements dynamiques, lever les bras, les baisser, les presser sur la table, sont aussi très importants ; c'est là que l'on peut voir apparaître des rides, de la peau d'orange, des rétractations du mamelon, des zones rouges, ou tout aspect différent de la peau''" (...) ''Il peut être bien que la femme s'observe, connaisse son corps, pour mieux s'apercevoir que quelque chose a changé. Mais en aucun cas, la palpation constitue un moyen de dépistage en soi !''", explique Annick Grinsztein.
Publicité