1. Ni trop chaud, ni trop froid

Le premier conseil est d'éviter absolument les extrêmes : un vin trop froid ne permet pas aux molécules responsables du bouquet d'un vin de venir nous titiller les narines. Conséquence : le vin est muet. De plus, en bouche, il paraît court, le froid anesthésiant nos papilles et cassant le gras du vin .Quant aux tanins des vins rouges, ils deviennent agressifs et mordants.

A contrario, un excès de chaleur rend le breuvage lourd, le côté alcooleux ressortant nettement et le côté désaltérant disparaissant.

Publicité
Que ce soit chez vous, ou au restaurant, si vous trouvez votre vin trop chaud ou trop froid, la situation n'est pas désespérée ! Il existe des remèdes pour chaque situation, il suffit de les appliquer le plus vite possible...
Publicité
Publié par Didier Ergot le Vendredi 28 Août 2009 : 00h00