©PIERRE OLIVIER/M6

Le candidat toulousain de la 7ème saison de Top Chef sur M6 revient sur son élimination à la suite de la première semaine d'épreuves du concours. Agé de 30 ans, Clément Torrès peut se targuer d'un parcours atypique et surtout très formateur. Pour Femmes Plus, le jeune homme revient sur sa (courte) aventure derrière les fourneaux. Interview.

FemmesPlus : quel est votre parcours et pourquoi s'être lancé dans l'aventure Top Chef ?

Clément Torrès : Je n'ai pas un parcours classique, puisqu'avant de me lancer dans la cuisine, j'étais professeur de voile. J'ai fait mes premières armes dans une cuisine australienne, au contact du chef Didier Blanchard, d'abord en tant que commis, puis second au bout de deux années de dur labeur. Je suis rentré en France à l'âge de 28 ans pour me former dans le restaurant toulousain Au temps passé, puis dans l'étoilé En marge à Aureville, près de Toulouse. Ce sont des amis cuisiniers qui m'ont décidé à me lancer dans l'aventure Top Chef. Je n'y avais jamais vraiment pensé avant mais je me suis laissé tenter... Et finalement ça a marché !

Dans quel état d'esprit étiez-vous après votre élimination ?

C.T : Forcément très déçu... Quand on se lance dans ce type d'aventure on sait très bien que ça peut arriver et puis je sais aussi que je ne suis pas le plus expérimenté... Après l'élimination c'était très dur car je l'ai entièrement provoquée, j'ai tout gâché et je ne peux m'en prendre qu'à moi-même ! Lors de cette épreuve de deux heures qui m'a été fatale, j'étais très confiant au début... C'est durant la deuxième heure que ma confiance a commencé à vaciller. J'ai eu un souci technique trop important et je me suis laissé envahir par le stress. A ce moment-là, j'ai su que j'allais perdre, que c'était fini pour moi. Ce qui est le plus frustrant c'est que je ne me suis pas lancé dans une recette trop compliquée, j'aurais pu la réussir. Mais la panique ainsi que le manque de repères ne m'ont pas aidé... Je ne me donne pas non plus d'excuses, j'ai juste raté l'épreuve. C'est rageant et décevant. 

Publicité

Avec le recul, les émotions s'apaisent ? 

C.T : Oui, c'est sûr, j'ai pris beaucoup de recul depuis. Je garde le souvenir d'une très belle expérience et j'essaye d'en retenir le positif. Et puis avec les autres candidats il y avait une très bonne ambiance, les liens se sont vite tissés. L'intensité de ce genre d'émission permet de nouer très rapidement des amitiés, des bonnes relations avec les autres. On se revoie d'ailleurs en dehors.

Vous identifiez-vous à des candidats des émissions précédentes ? 

C.T : Effectivement, des parcours comme ceux de Pierre Augé, Jean Imbert,Thibault Sombardier m'inspirent beaucoup ! Chacun à leur manière, ils continuent leur bout de chemin et sont des beaux exemples pour moi...

Quels sont vos projets ? 

C.T : Si l'expérience Top Chef n'a pas forcément révolutionné ma vie - dans ma tête du moins -, je pense que c'est un excellent tremplin pour apporter un peu de visibilité à mon travail et à mes projets. A moyen / long terme, j'aimerais pouvoir ouvrir mon restaurant. L'aspect médiatique de l'émission pourrait, sait-on jamais, m'aider à bénéficier de quelques contacts. Top Chef est une émission valorisante, nous sommes tous "recrutés" pour nos compétences et nous ne sommes pas là par hasard. C'est déjà bien d'avoir réussi jusque-là, je suis content.

Pensez-vous que l'émission nous révèlera des surprises cette année ? 

Publicité
C.T : Oui c'est certain. Selon les chefs de l'émission, le niveau global des candidats est élevé cette année. Je pense que ce sera une super saison du point de vue technique, mais aussi concernant les personnalités présentes : vous allez avoir à faire des personnages hauts en couleur, c'est garanti !
Publicité
Publié par Rédaction le Lundi 25 Janvier 2016 : 16h26