> C'est l'histoire d'un cake...

Je ne sais pas vraiment d'où je viens et je ne sais pas tout à fait qui je suis.

Ma vie, c'est celle d'Oliver Twist. Comme lui, j'ai élu domicile en Angleterre, parmi les pauvres. Mais, comme lui également, j'ai fini par intégrer l'aristocratie. Mes lettres de noblesse, je les ai acquises grâce à ma force et à ma finesse. Il faut dire qu'à partir du XVIIe siècle, les ouvrages féminins vantent mon côté nourrissant. Grâce à moi, Mesdames, vos hommes n'auront pas faim et resteront en bonne santé ! Apprécié des plus démunis pour mon côté économique, on me savoure dans les salons de la gentry anglaise pour la richesse de mes fruits confits.

Ah ! Il m'en aura fallu du temps avant d'avoir mon apparence définitive. Quand j'étais jeune, on me consommait sous forme de galette épaisse. J'étais vraiment pratique, je servais d'assiette. Avec le temps, j'ai grandi et j'ai grossi. Je n'ai adopté mon aspect de pain long qu'au XIXe siècle. Facile à transporter, me voilà devenu le compagnon idéal des voyageurs.

Publicité
En fait, mon drame, c'est que je n'ai pas de nom. Les Japonais m'appellent "gâteau du voyage" et les Français m'appellent "cake" qui veut dire "gâteau" en Anglais. Non, mais vraiment, je suis un gâteau qui s'appelle gâteau ! Mais bon, cela aurait pu être pire. On aurait pu me baptiser "pet de nonne"...
Publicité
Publicité
Publié par f€lisabeth Macrez le Jeudi 30 Novembre 2006 : 00h00