Les caïds des quartiers défavorisés colombien ont tout pour frimer : de l'argent (un peu), de la drogue (beaucoup) et des gros calibres. Des années que les gangs tirent à vue et que les hommes tombent. Leur femmes en ont marre. Elles ont décidé de faire la grève du sexe !

Pas de coït pour les caïds

Publicité
Publicité
Vous vous souvenez de "Lysistrata" ? Cette pièce de théâtre écrite par Aristophane il y a très très longtemps ? Des femmes obtenaient la paix dans les cités grecques après des années de guerre en décidant de refuser leur faveur aux guerriers. Quelques milliers d'années plus tard on en est au même point.Remplacez la Grèce antique par les quartiers pauvres de Colombie et les guerriers par les dealers-braqueurs locaux : leur femmes ont (ré)inventé la grève "des jambes croisées". En clair : pas de câlins tant qu'ils ne rendent pas les armes. +a en a fait réfléchir plus d'un.Lassée de voir leur compagnon se faire descendre, elles sont de plus en plus nombreuses à rejoindre le mouvement, soutenues par la mairie en prime. D'ailleurs, elles ne vont pas tarder à monter sur les planches pour jouer Lysistrata. La boucle est bouclée.