Jeudi soir dernier, alors que je stationnais devant mon écran télé à l'heure des publicités, un spot m'interpelle. Une ménagère sur le sol de la cuisine, robe légère, jolis souliers (normal...), le mari et les enfants dans les pattes, la cuisine étincelante (cela doit être normal encore...) Elle s'agite sur un pas de cha-cha-cha enjoué avec à la main un balai qu'elle manipule avec dextérité. C'est à instant précis que je me suis figée. La belle me démontrait, preuve à l'appui, que désormais il me faudrait nettoyer mes sols avec un "kit lavant". Ledit "kit lavant" étant composé d'un balai équipé en son pied d'une lingette humide. Ma culture hygiénico-domestique en fut toute ébranlée.
Il m'a fallu quelques instants d'intenses réflexions pour réaliser qu'incidemment, discrètement, nous avions pénétré dans l'ère de la lingette. Désormais, il vous faudra vous frotter à la lingette-verres de lunettes, à la lingette-fesses de bébé, à la lingette-démaquillage de madame, à la lingette-lavage de mains... Et aussi la lingette-toilette, la petite Kandoo de chez Pampers, "pour aider les enfants à se débrouiller seuls aux toilettes" et encore, plus récente, la lingette-pare-brise et carrosserie pour l'auto de ces messieurs.

Mais ce n'est pas fini. Rayon entretien, on trouve en vrac la lingette à dépoussiérer les meubles et le sol (anti-statique), la lingette détachage pour le linge, celle pour préserver les couleurs, à glisser toutes deux dans le lave linge et cette autre, que l'on met dans le sèche-linge, pour l'assouplir, celle pour nettoyer les vitres, et pour finir, la lingette pour tout nettoyer, anti-bactéries bien sûr, la lingette absolue ! Tout cela sans oublier la version sèche de la lingette, le mouchoir ou la serviette en papier et autre papier absorbant.

Ces petits gestes perdus...

En fait ce qui me chiffonne dans cette histoire, ce n'est pas la lingette en question, ni le fait qu'elle augmente de 15 points mon budget entretien, ni qu'elle aggrave dramatiquement le problème des déchets de la planète*, mais ce sont ces petits gestes qu'elle efface avec autant de légèreté que d'efficacité.

Tous ces petits gestes, comme faire un noeud à son mouchoir, la cérémonie du démaquillage, avec d'un côté le lait, de l'autre le tonique et en arbitre, 4 kg de coton hydrophile mousseux et rebondi... Le nettoyage des fesses des bébés ! Ah, la quête tragique d'un coin discret-équipé-d'eau-si-possible, pour effectuer cette hygiénique manœuvre loin des regards... Fini aussi le "va te laver les mains", course-poursuite vers la salle de bains, éclats de rire, glissades de savonnette, aspersions et sanction : "Fais voir tes mains si elles sont propres?". Aux oubliettes le rite dominical du lavage de la voiture, du beau temps, un seau d'eau moussante, un seau d'eau fraîche, une éponge naturelle -à la taille déraisonnable- et la fameuse peau de chamois !

Et l'érotisme délirant du nettoyage des lunettes, relégué au rang du souvenir désuet... Cet instant rare ou le myope aveuglé recherche à tâtons un salutaire bout de coton, seul tissu vraiment efficace pour effectuer cette délicate tâche, mais qui a le travers de n'être jamais là au bon moment. Finies la goutte de vinaigre diluée dans l'eau de lavage et la course à travers le jardin au fil de la journée pour fuir les rayons de soleil et préserver les couleurs....

Publicité

L'Europe entière s'est déjà mise à l'hygiénisme de lingette et 55 % des femmes se disent prêtes pour "le nouveau geste du ménage". Le geste du 21e siècle sera lingette ou ne sera pas.

Publicité
*''Selon l'Observatoire de la Consommation durable, un ménage qui adopte de manière généralisée l'utilisation de lingettes pour l'entretien de son linge, l'entretien de sa maison et son hygiène corporelle produit de nombreux déchets ménagers supplémentaires (58 kg/an).''

Le site de l'Observatoire de consommation durable (Bruxelles)Pour ou contre l'usage de la lingette ? Discutez-en !