La maternité semble désormais sous contrôle. Les enfants, c'est quand on veut, comme on veut... Alors, sommes-nous vraiment toutes des mamans en puissance ? Alors que l'on peut aujourd'hui se permettre d'être des non mamans ou des mamans à tous prix. Regards sur la nouvelle maternité...

Paulette
Une femme qui n'a pas eu d'enfant, par choix. Dès les premières minutes, elle soupire. ''"Une
femme qui ne désire pas d'enfants ne devrait plus avoir à se justifier qu'une femme qui en désire un. Et pourtant !"''
Cette femme sûre d'elle, heureuse dans son couple, doit affronter régulièrement le regard négatif de ses collègues, de sa famille... ''"Comme si une femme qui ne désirait pas d'enfant était un monstre de la nature."'' Il est parfois plus facile de dépasser les instincts naturels que les attentes sociales...

Danièle
Une femme qui ne pouvait pas avoir d'enfants, mais qui en a eu néanmoins. Car la non-maternité n'est pas non plus une fatalité aujourd'hui.
Stérile, Danièle a décidé de se battre et d'adopter, après plusieurs tentatives de FIV. ''"On voulait un enfant pour mettre au monde notre amour de la vie. Même si l'enfant n'était pas de nous, lui donner la chance de connaître le monde, ses joies, ses peines, lui apporter notre regard, notre amour. C'était aussi vrai que d'accoucher de notre propre bébé."''
Un vrai parcours du combattant, bien sûr, mais, au bout du compte, ''"tant pis pour le cliché : ça valait le coup !"''

Ne pas juger

Laura Un couple homosexuel qui désire un enfant. Dans ce cas, tous les préjugés se déchaînent. ''"Il y en a qui me disent que comme j'ai fait le "choix" de l'homosexualité, c'est que j'ai renoncé à être une mère"'' témoigne Laura. Laura n'a pas encore d'enfant, mais elle et sa compagne songent à l'insémination artificielle. Encore interdite en France pour les célibataires et les couples homosexuels, elle est néanmoins autorisée dans plusieurs pays d'Europe. ''"On va s'accrocher, et on va y arriver. Y a pas de secret : le bonheur, il faut le conquérir."''

Publicité
Publicité
Bernadette Pour le mot de la fin. Bernadette Mathieu est psychologue au Mouvement Français pour le Planning Familial de Haute-Marne. ''"Qui dit choix, dit liberté, responsabilité, maturité, réflexion... Et surtout, il faut retenir qu'autant de femmes il y a, autant de cas de figure il y a aussi". Mais selon elle, "les femmes sont toujours du côté de la vie. Il y a trois raisons principales pour qu'une femme refuse la grossesse : la peur de l'avenir (...), la solitude (...), la haine. Mais peu importent ces raisons, conscientes ou non, personne n'est apte à juger ce choix. "''

Parlons-en dans les forums FemmesPlus : "Je ne veux pas d'enfants"L'association SOS FemmesL'agence française de l'adoptionEspace adoption

Publicité