Publicité

Traiter son jardin : les solutions bio : Le lait de chaux

Connu de tous les jardiniers, c’est lui qui donne sa couleur blanche aux troncs des arbres. Le lait de chaux, aussi appelé le blanc horticole, permet de lutter efficacement contre la mousse et le lichen qui poussent le long des arbres, mais aussi contre les larves de certains insectes qui se nichent dans l’écorce.On l’applique avec un pinceau, de préférence à la fin de l’hiver, avant que la nature, dans tout ce qu’elle a de bon et de moins bon, ne reprenne vie.

Traiter son jardin : les solutions bio : La bouillie bordelaise

Facilement reconnaissance aux petites traces bleues que laissent ses gouttes sur les feuilles des plantes traitées, la bouillie bordelaise est un fongicide naturel plutôt efficace. Cette mixture est composée d’un mélange de chaux et de sulfate de cuivre et peut être utilisée sur les arbres fruitiers, les vignes, mais aussi les pieds de tomates ou de pommes de terre.Le traitement à la bouillie bordelaise (généralement présentée sous la forme d’une poudre à mélanger avec de l’eau) se réalise par pulvérisation des plantes à protéger.Attention toutefois si vous possédez des bassins ou si vous êtes proche d’un cours d’eau : la bouillie bordelaise est toxique pour les poissons.

Traiter son jardin : les solutions bio : Le soufre

Généralement utilisé sur les arbres fruitiers et les vignes, le soufre est un traitement efficace contre la tavelure ou l’oïdum (des maladies fongiques), et est souvent associé à la bouillie bordelaise.Le soufre peut être utilisé en prévention de la maladie, mais aussi de manière curative.

Traiter son jardin : les solutions bio : Le purin d’ortie

Les plantes sont dotées de nombreux pouvoirs qui, bien utilisés, peuvent transformer votre jardin. Le purin d’ortie se révèle très efficace pour repousser les pucerons, mais est aussi doté de propriétés fertilisantes qui aident à stimuler la croissance des plantes.Le purin de fougère est également un très bon insecticide, particulièrement efficace contre les limaces, les pucerons ou encore les taupins.Le purin de prêle est, quant à lui, un très bon fongicide qui aide à lutter contre le mildiou, l’oïdum, la tavelure ou encore la rouille.

Traiter son jardin : les solutions bio : Les bandes de glue

Publicité

Sur le même principe que le papier tue-mouches, les bandes de glue sont utilisées contre les insectes qui grimpent le long des troncs d’arbres. Pour se prémunir contre les fourmis, les chenilles ou encore les pucerons, vous pouvez dès la fin de l’hiver installer des bandes de glue autour des troncs, à environ 80 cm de hauteur. Les insectes seront ainsi stoppés dans leur ascension et ne pourront envahir les fruits.

Traiter son jardin : les solutions bio : Les bactéries

Certaines bactéries, comme le Bacillus thuringiensis, se révèlent efficaces comme insecticide. Présentées en poudre, elles se diluent avec de l’eau et s’utilisent sous forme de bouillie dont on pulvérise les plantes atteintes. Le Bacillus thuringiensis est particulièrement efficace sur les choux et autres crucifères, mais aussi sur les laitues, les épinards, les pommes de terre ou encore les tomates.

Traiter son jardin : les solutions bio : Les champignons

Comme les bactéries, certains champignons peuvent être utiles aux cultures pour se défendre contre d’autres maladies, ou soigner des affections déjà installées. Les spores de trichoderma viridae sont généralement utilisés sur les arbres fruitiers, notamment les pêchers pour prévenir le « plomb ». Vendus sous forme de poudre ou de granulés, les spores s’appliquent le plus souvent dans les cavités qui se forment à la surface des troncs d’arbre.

Traiter son jardin : les solutions bio : La pyréthrine

Cette poudre extrait de la fleur du chrysanthème est un excellent répulsif contre les insectes, notamment les chenilles et les pucerons.La roténone a elle aussi longtemps été utilisée comme insecticide naturel, car elle possède les mêmes propriétés que la pyréthrine. Elle est cependant interdite à la vente depuis mai 2009 car de nombreuses études ont révélées qu’elle était nocive pour l’homme et les animaux. Son utilisation est également interdite depuis octobre 2009. Assurez-vous que vous n’en possédez plus chez vous afin d’éviter tout risque pour votre santé.

Toutes les fiches jardin

Publié par Stéphanie Thibault le Vendredi 24 Juin 2011 : 12h38