Marie-Claude a de l'énergie à revendre et un CV en béton armé. Bilingue en anglais, avenante, souriante et dynamique, elle a exercé de nombreuses années le poste de directrice financière dans une grande entreprise. Les logiciels informatiques n'ont plus de secrets pour elle, qui compte également à son actif une expérience en audit, des connaissances en droit fiscal et en droit des entreprises.
Marie-Claude réside en banlieue parisienne mais serait prête à déménager demain pour aller travailler dans une autre région en France, ou même à l'étranger. Depuis deux ans, elle est inscrite à l'ANPE et a déposé son CV sur tous les sites Internet possibles et imaginables. Sans succès. Où est le problème ? Marie-Claude a 56 ans.

"''Un jour'', raconte t-elle, ''un directeur des ressources humaines m'a dit : "Madame, vous avez un double handicap : vous êtes une femme et vous avez plus de 50 ans". Ce jour-là, j'ai perdu beaucoup de ma naïveté''".

Depuis six mois, Marie-Claude entrevoit pourtant une porte de sortie, une petite lueur d'espoir. Force femmes. Une association dont elle est adhérente et qui propose aux femmes de 45 ans et plus un accompagnement pour se réinsérer dans le monde professionnel. Marie-Claude y croit. "''Il ne faut pas se leurrer ! Aujourd'hui, le monde des ressources humaines ne fonctionne plus avec les annonces classiques. Je suis persuadée que c'est uniquement grâce à Force Femmes et son réseau que j'arriverai à retrouver un emploi''".

"Décloisonner les esprits"

Crée en 2005 lors de la première édition du Women Forum, le "Davos des femmes" à Deauville, Force Femmes dispose de six antennes régionales, soixante bénévoles, un site Internet et un local à Paris(1). Huit cent candidates en recherche d'emploi se sont inscrites depuis la création de l'association, cent douze ont retrouvées un emploi, en CDD ou en CDI, trois ont même crée des entreprises. Pour Véronique Morali, la présidente de l'association, c'est très prometteur. "''Aujourd'hui, il faut parvenir à décloisonner les esprits,'' martèle t-elle. ''Que pourrait souhaiter de mieux une entreprise ? Une femme de 50 ans est expérimentée, disponible et libre dans sa tête et elle a vraiment envie de rebosser''" !

Oui mais. Les préjugés ont la vie dure. Et aujourd'hui, dès 40 ans, une perte d'emploi peut virer à l'exclusion définitive. "''Il faudrait, à 30 ans, avoir 15 ans d'expérience et ensuite, avoir 35 ans toute sa vie''", remarque mi-figue mi-raisin Françoise Million, déléguée générale.

Publicité
Publicité
Basée sur le double credo très tendance du coaching et de l'accompagnement, l'association Force Femmes n'a pas vocation à se substituer à l'ANPE mais ses fondatrices revendiquent l'appellation de "facilitateur d'embauche". En plus de mettre en relation les employeurs et les potentielles employées, l'association constitue un soutien psychologique pour des femmes souvent fragilisées par l'existence et qui retrouvent peu à peu confiance en elles. "''Car j'en étais arrivée à me dire que ma vie était finie,'' se souvient Marie-Claude, ''ou que c'était moi qui avais un problème''".

Force femmes 5, rue Drouot 75009 ParisRenseignements : 01 53 34 15 306 antennes à Clermont-Ferrand, Lille, Lyon, Marseille, Toulouse, Rouen

Le site de Force FemmesCe sujet vous intéresse ? Parlez-en sur les forums !