40 % des franchisés sont des femmes. Près de 15 000 sont propriétaires d'une enseigne en franchise à ce jour. Une idée qui fait son chemin pour toutes celles qui rêvent d'indépendance et de création d'entreprise sous garantie... Enquête...

Mady, 32 ans, est à deux jours d'ouvrir un institut de beauté dans le XIème arrondissement de Paris. C'est une jeune femme énergique qui a l'air de savoir ce qu'elle veut... "J'ai toujours voulu être libre et indépendante. J'ai démarré comme chargée de communication dans une chaîne hôtelière internationale, et cela n'a fait que confirmer mon ambition d'être à mon compte. J'ai donc bifurqué vers l'esthétique et consacré un an à mon CAP. J'ai d'abord exercé à domicile puis en institut".

Elle commence alors à envisager le principe de la franchise. Songe à Nocibé, dont elle aime particulièrement l'atmosphère des boutiques... C'est alors qu'elle entre chez Epil Center, institut de soins express (sans rendez-vous) nouvellement implanté à Paris. Mady craque pour le concept. "La clientèle est variée, et en dépit des apparences, très stable, le chiffre d'affaires est très bon".
Elle a à la fois validé le concept et son ambition. Pendant six mois, elle potasse le dossier de franchise d'Epil Center avec Vincent, son compagnon et associé, "Il est un pro du marketing et de la finance. Nous formons un duo gagnant !". Ils négocient ensuite âprement auprès des banques (100 000 euros d'apport personnel - pour le droit d'entrée, et 150 000 euros de prêts - pour tout le reste...) et dénichent le local idéal (110 m2 pour six cabines dont une U.V., une salle de repos, une douche et un espace accueil "trop beau !").

J-2. "L'ouverture est pour lundi prochain, on est dans les starting-blocks. Mais nous ne sommes pas seuls, une délégation de la direction vient nous soutenir... ". Ses quatre esthéticiennes ont suivi cinq jours de formation aux techniques de soins Epil Center et la publicité est en diffusion (6 000 euros pour le package de lancement). "Je suis ravie !"

(c) Epil Center

C'est quoi la franchise ?

Stop ! Revenons sur la définition de la franchise : il s'agit d'un système de commercialisation de produits, services ou technologies, basé sur une collaboration étroite et continue entre des entreprises juridiquement et financièrement distinctes et indépendantes (franchiseur et franchisés), dans lequel le franchiseur accorde à ses franchisés le droit, et impose l'obligation d'exploiter une entreprise en conformité avec le concept du franchiseur. Rébarbatif, mais efficace, et "qui plaît aux femmes", si l'on en croit les statistiques. Selon l'étude annuelle CSA/Banque Populaire/Fédération française de la franchise, le nombre de franchisées est en expansion constante. En 2005, 36 % des franchisés étaient des franchisées (soit 12 950 sur 37 000 franchisés)!

Autre exemple, Catherine. Cette diplômée en école de commerce vient elle aussi de sauter le pas, de lâcher son emploi salarié pour un magasin de fleurs de l'enseigne Monceau Fleurs en franchise. "Créer quelque chose à partir de rien me faisait peur. Je suis mère de deux jeunes enfants et je ne voulais pas prendre trop de risques. Ce réseau de franchise me permet de les réduire car ils sont contrôlés. La seule inconnue était l'emplacement du magasin." En gros, le plus de la franchise c'est ça : démarrer avec un solide appui derrière soi, une gestion de stocks éprouvée, un savoir-faire et le soutien du franchiseur, bénéficier d'une image et d'outils publicitaires... En bref, l'indépendance sous garantie.

Et il semblerait que les franchiseurs préfèrent les franchisées aux franchisés : "Parce qu'elles ont une façon différente de s'adresser à la clientèle et de vendre. Plus diplomates, plus douces, elles désamorcent plus facilement les conflits avec les clients. Souvent elles font preuve de plus de goût et s'intéressent réellement aux articles, tandis que les hommes se préoccupent surtout de business.", confie Marc, chargé de recrutement pour une chaîne d'instituts de beauté au salon des entrepreneurs en février dernier.A nous les boutiques Geneviève Lethu, Fruit et Passion, MIKIT, Phildar et autres Acidental.

Publicité
Publicité
Et la même étude CSA/Banque Populaire/Fédération française de la franchise démontre que toutes les franchises sont accessibles aux femmes... En principe ! Alors, une femme à la tête d'une enseigne Speedy ou Midas ? Bof, bof, nos amis les franchiseurs avouent sérier les choses : les femmes pour les secteurs à clientèle féminine, les hommes pour celui destinés aux mâles.Et si l'on regarde bien, quand il y a des femmes-là, c'est parce qu'elles travaillent avec leur mari. Lui au commercial et elle à la gestion.

L'institut Epil Center de Mady : 20, Bd du Temple, Paris 11ème 06 09 42 45 30

Le site de la Fédération française de la franchiseLe site Epil Center