J'ai un peu de sous à placer...

Les p'tits livrets
C'est très simple : pour quelques dizaines d'euros mensuels, prélevés automatiquement sur votre compte courant, la plupart des placements sont à vous. Si vous êtes un panier percé avec aujourd'hui "zéro économies" pour amortir les coups durs, alimentez d'abord ainsi votre Codevi. L'argent y reste disponible et pourrait rapporter 2,25 % net à compter du 1er février, net d'impôt, au lieu de 2 % aujourd'hui. A moins que vous n'ayez payé moins de 709 euros d'impôt l'an dernier. Car dans ce cas, réjouissez-vous : vous avez accès au Livret d'épargne populaire (LEP), qui pourrait lui passer de 3 % à 3,25 % net le mois prochain. Imbattable !

Assurance vie ?
Vous avez déjà un pécule pour les accidents de parcours ? Mieux vaut alors constituer une épargne à long terme. Si vous ne voulez pas prendre de risque, orientez vos versements mensuels (parfois 50, 100 ou 150 euros minimum selon les établissements) sur le support garanti -très joliment appelé "fonds en euro"- d'un contrat d'assurance vie.
Un conseil : les banques étant un peu chiches sur les rendements, prospectez plutôt du côté des assureurs classiques. Toujours en baisse, les intérêts sur les bons contrats devraient encore avoisiner 4 % en 2006. Mais il faut en retirer 11 % de prélèvements sociaux (CSG...). Soit grosso modo 3,5 % net. Hélas, sans tenir compte des frais sur les versements (jusqu'à 4 %), ni des impôts : les intérêts ne sont exonérés, dans certaines limites, qu'à condition de ne pas les retirer avant que le contrat ait 8 ans. Bof ?

Et la Bourse...
Pour gagner plus, ne rêvez pas : il faudra prendre des risques, c'est-à-dire opter pour des sicav et des fonds communs de placement (FCP) investis en bourse.
Vous pouvez les souscrire dans l'assurance vie, mais vous paierez moins de frais si vous le faites dans le cadre d'un PEA (plan d'épargne en actions). Et en plus, vos gains seront exonérés d'impôt (mais pas de prélèvements sociaux) cinq ans seulement après l'ouverture. De nombreuses banques proposent sur ce plan des achats mensuels automatiques à partir de 50 ou 75 euros par exemple.
C'est tentant : les actions ont brillé l'an dernier. La bourse de Paris a bondi de plus de 20 % ! Et les stratèges financiers font de belles prévisions encore pour 2006. Mais ils se sont plus d'une fois trompés.
Sachez-le avant de décider : en bourse, il faut être prêt à patienter parfois longtemps pour être récompensé.

J'ai beaucoup de sous à placer

J'ai beaucoup de sous à placer...

Placer une somme importante d'un seul coup est forcément délicat. Alors, regardez ce que vous possédez déjà, et cherchez ce qui vous manque. Car l'idéal est de composer un cocktail équilibré, pour ne pas mettre tous ses œufs dans le même panier : un peu d'immobilier, mais aussi des placements assez liquides et sans risque (au cas où on en est besoin d'argent brusquement), et de la bourse puisque c'est elle qui offre les meilleures rentabilités à long terme.

Publicité

Vous êtes tenté par la pierre ? Aujourd'hui, l'immobilier est très cher. Baissera-t-il ? Mystère. Mais, en contrepartie, les crédits sont bon marché. Moralité ? Vous diminuez le risque si vous n'utilisez qu'une partie de votre capital, comme apport personnel, et empruntez au moins une partie du prix d'achat pour profiter de ces prêts attrayants (les intérêts d'emprunt seront même déductibles des loyers imposables). Et de cette façon, vous pouvez garder une partie de votre capital pour d'autres placements.

Publicité
Si vous souhaitez pouvoir puiser dans votre épargne à tout moment, il vous faut un investissement sans risque. Outre les livrets, il faut là encore mettre le cap sur l'assurance vie. De nombreux contrats d'assurance vie permettent de faire très vite après la souscription des retraits ponctuels ou réguliers (tous les trimestres par exemple), pour compléter vos revenus. Mais ne vous leurrez pas : si vous choisissez le fonds en euros, et que vous gagnez aujourd'hui autour de 3,5 % net d'impôt, avec une inflation voisine de 2 %, vous n'irez pas bien loin sans "manger" le capital. Où est l'issue ? Si vous n'avez pas besoin de votre argent à court terme, et que vous voulez simplement le faire fructifier, les actions sont, pour les experts, l'actif le moins cher et le plus attrayant aujourd'hui. Mais il ne faut pas avoir peur du sport !
Publicité