Qu'elle est belle, Benoîte, du haut de ses 86 ans

Journaliste féministe, écrivaine libérée, militante pour la légalisation de l'euthanasie, membre de la commission pour la féminisation des noms de métiers à l'Assemblée, Benoîte Groult aura été de tous les combats.
Ce soir, à la librairie féministe, Violette and co, rue de Charonne, elle est juste venue présenter son dernier livre, La Touche étoile (1), et la sortie d'un double DVD (2) qui lui est consacré, Une chambre à elle.

Et elle sourit. Et elle plaisante. "On parle toujours des excès du féminisme. Mais quels excès au juste ? Il n'y a pas eu mouvement plus pacifiste ! Je ne comprendrai jamais pourquoi il n'y a pas eu plus de zizis coupés". Rires dans la salle.
Les femmes, les fans, les femmes fans, nombreuses à s'être déplacées, sont ravies.

Dans La Touche étoile, son dernier livre, nulle question de zizi, ou si peu. Ni de vieillesse d'ailleurs.

La jeunesse de la vieillesse

C'est le "processus de vieillissement" qui intéresse Benoîte. "Un être humain met bien vingt ans pour se construire, il lui faut le même nombre d'années pour se défaire, explique l'écrivaine. Vers 60 ans survient la jeunesse de la vieillesse, il y a ensuite la maturité de la vieillesse, et la vieillesse de la vieillesse". Le livre parle aussi de voyages en Chine, d'Irlandais un peu fous, et avant tout de deux générations de femmes. Marion, qui, à l'approche de la soixantaine, se rend compte que même en s'étant marié à la mode Sartre/De Beauvoir, on peut souffrir comme au temps de Racine. Et Alice, 80 ans, qui elle a décidé, avec bagout et légèreté, de lutter contre ce "délit de vieillesse" qui touche toute personne aux cheveux blancs ayant besoin d'explications pour acheter un "ordi". Un jour, Alice aura envie d'appuyer sur la fameuse "Touche étoile" qui la délivrera de sa souffrance. Mais pour l'heure, aucune envie de botter en touche.

Publicité

"Bien sûr, il fallait avoir un certain âge pour aborder tout ça...mais ne pas être trop vieille non plus !", ajoute avec humour Benoîte Groult. Vieille ? Benoîte donne presque envie de l'être, elle qui se bat pour qu'on puisse dire "une belle vieillarde" au même titre "qu'un beau vieillard". Pour elle, nul besoin de brûler les étapes, ou les étoiles. Dans le livre, elle cite l'un de ses poètes préférés, Louis Aragon. "Que s'est-il donc passé ? La vie et je suis vieux".

Publicité
(1)La touche étoile de Benoîte Groult, Grasset, 2006, 18 euros, paru le 4 avril(2)Une chambre à elle de Anne Lenfant, double DVD, 25 euros, Prix du public au festival Cineffable 2006, à Paris, disponible à la librairie Violette and co, 102, rue de Charonne