Je n'ai plus une minute à moi depuis que je cours, moi aussi, après la réussite. Je me demande si je ne suis pas accro. Des réussites, j'en fais toute la journée. Sur mon ordinateur, elles s'appellent solitaires, ce qui me convient bien aussi. Des réussites solitaires. Je commence après le petit déjeuner, quand tout le monde est parti.

La course à la réussite !

Je n'ai plus une minute à moi depuis que je cours, moi aussi, après la réussite. Je me demande si je ne suis pas accro. Des réussites, j'en fais toute la journée. Sur mon ordinateur, elles s'appellent solitaires, ce qui me convient bien aussi. Des réussites solitaires.

Publicité

Je commence après le petit déjeuner, quand tout le monde est parti. Je me dis juste cinq minutes, juste un petit répit avant de courir à la banque, au marché et à la mairie. Au bout d'une petite heure, je suis encore à moitié habillée, en train d'empiler les rois sur les reines, les six sur les cinq et les as sur le côté. Encore raté ! Je recommence. Encore une petite, juste une. Il est trop tard pour la banque, si je veux aller au marché, et à la mairie. A moins que la mairie... J'irai demain. Allez, encore une ! Une seule.

Publicité
Aujourd'hui, je n'ai pas réussi à ranger le garage, ni fait la moitié des cartes de vœux, ni pris rendez-vous avec le type du chauffage, ni changé l'abonnement du portable. Je ne suis pas allée à la mairie non plus. Mais j'ai amélioré mon score contre moi-même, au Royal Solitaire. J'ai gagné une toute petite seconde en fin d'après midi. Il y avait une bonne semaine que j'attendais ça.

Moi, j'appelle ça une vraie réussite.

Publicité