la journaliste parle de "gêne" et décrit l'ouvrage comme un "coup bas".