Discrète, Kate est pourtant omniprésente dans les médias. Tout au long des douze semaines de sa "disgrâce", Kate a été d'une conduite irréprochable. Suivant la règle non écrite de la famille royale, elle n'a exprimé aucun ressentiment, ni même commenté la fin de sa romance avec William. "''Elle reste toujours courtoise et polie''", constate un collaborateur du prince Charles. Pourtant, nombre d'éditeurs et de magazines sont prêts à lui faire des ponts d'or pour recueillir ses confidences intimes sur ses quatre années d'amour avec l'héritier du trône.
En agissant de la sorte, elle prouve qu'en dépit de la rupture, elle continue d'être solidaire avec le clan Windsor. La loyauté est la qualité préférée d'Elisabeth II. En outre, vingt ans après le désastre Diana, elle démontre à la reine qu'elle possède la force de caractère indispensable pour vivre sous le feu des projecteurs.

Car elle est partout, impossible de louper le moindre de ses faits et gestes : Kate courant les boutiques de mode, Kate en vacances à Ibiza et aux Caraïbes, Kate se rendant à son travail, et surtout Kate dans les boîtes de nuit branchées de Londres... "''Ceux qui connaissent le mieux Kate, ''confie le photographe Arthur Edward, ''disent simplement qu'elle aime beaucoup s'amuser''". Le magazine Tatler vient d'ailleurs de placer Kate en tête du classement des cent célébrités les plus recherchées pour les dîners mondains et les soirées londoniennes. Si par le passé, elle a pu souffrir d'être traquée, aujourd'hui on la voit rarement bouder les photographes. "''Elle semble y avoir pris goût à une vitesse folle''", estime Richard Kay du Daily Mail. Pas question pour elle de disparaître de l'actualité, encore moins de voir baisser sa cote de popularité.

"Elle lui manque"

Loin de pleurer sur son sort à l'écart du monde et des paparazzis, Kate rayonne. C'est flagrant, Miss Middleton a gagné en féminité, en assurance. Elle affiche un sourire radieux, laisse voir des jambes étourdissantes. "''Elle a été toujours été jolie. Mais elle n'a jamais été aussi sexy''", affirme un proche de William. Auparavant assez classique, pour ne pas faire de l'ombre à son prince. Aujourd'hui glamour, pour faire naître des regrets ?

Pour autant, elle reste sage comme une image ! Si Kate sort en boîtes, celles qu'elle hantait auparavant avec William, le Mahiki, à Mayfair, le Cuckoo Club, le Kitts ou le Bouji's, elle prend soin de ne jamais s'afficher en galante compagnie, se faisant même "chaperonner" à l'occasion par sa soeur Pipa ou son frère James. "''Et si elle danse avec des hommes, ce sont des amis communs du temps de sa romance avec William, en aucun cas des rivaux du prince''", observe les commentateurs du Daily Mail. Surtout ne pas commettre d'impair. Kate est restée sans rancune et encore amoureuse. Elle et William se connaissent depuis 2001, à l'époque où tous deux commençaient leurs études à l'université de Saint Andrews. Cette longue amitié, Kate a décidé de la préserver envers et contre tout. Normal donc qu'elle ait accepté les dîners aux chandelles avec William, ses invitations le 1er juillet au concert de Wembley en souvenir de Diana, et le 21 juillet à Highgrove, pour les 60 ans de Camilla. En amie. Mais un invité à cette dernière réception témoigne : "''Ils semblaient être dans leur propre bulle, loin, très loin du reste du monde. Quels que soient les problèmes qu'il ont pu rencontrer, visiblement ils les ont surmontés. William la buvait des yeux.''"

Publicité
Vers 2 heures du matin, le couple s'est éclipsé discrètement. Trois semaines auparavant, la veille du show de Wembley, Kate avait déjà passé la nuit à Clarence House, la résidence de Charles et de ses fils près de Buckingham. "''Elle lui manque''", confie un proche de William. Stratégie gagnante donc pour Kate qui s'accommode, pour l'instant, d'être "''intermittente''" - off-on girlfriend, comme la surnomme élégamment la presse britannique - dans le cœur de son prince. Un peu comme une certaine Camilla...
Publicité
Publicité