Rien n'y a fait. Aucune pression n'a pu persuader les responsables de Channel 4 de modifier leur programme. Ni les réactions offusquées des proches de la défunte princesse de Galles, ni les appels téléphoniques par centaines passés au standard de la chaîne, ni les interventions des membres du parlement s'interrogeant sur l'opportunité de continuer à financer un média si éloigné de la déontologie du service public n'ont permis de surseoir à la diffusion intégrale de Diana : les témoins dans le tunnel. Même l'intervention sans précédent de William et Harry aura laissé de marbre les dirigeants de Channel 4. Leur ayant adressé une lettre restée sans réponse, les jeunes princes l'ont rendue publique le mardi 5 juin, la veille de l'émission.

Au nom des deux frères, leur secrétaire particulier, Jamie Lowther-Pinkerton, y rappelle le communiqué déjà publié à l'été 2006 au moment où le magazine italien Chi avait utilisé des photos prises au moment de l'accident du pont de l'Alma, photos montrant Diana dans un état désespéré et recevant les premiers soins. Ce sont ces mêmes images qui sont annoncées par Channel 4 et alimentent la polémique. "''Par conséquent, nous (William et Harry) en appelons à tous les médias, à travers le monde, pour qu'ils réalisent combien la publication de tels documents nous blesse profondément, nous, notre père, la famille de notre mère et tous ceux qui la respectaient et l'aimaient tant.''"

Des photos interdites...

Puisque cette déclaration n'a pas dissuadé Channel 4, Jamie Lowther-Pinkerton frappe plus fort :

"''Je dois vous demander de ne pas diffuser ces photographies qui montrent la voiture accidentée pendant que la mère des princes gît, mourante, dans l'épave. Je vous demande également au nom des princes que le cliché de l'ambulance, avec un médecin administrant clairement des soins d'urgence à la figure dissimulée de la princesse, ne soit pas davantage diffusé.''

''Ces photographies, en dehors du fait qu'elles ne laissent pas exactement voir les traits de la princesse, sont évocatrices de l'atmosphère et de la tragédie entourant les derniers moments de sa vie. En tant que telles, elles causeraient aux princes une peine aiguë si elles étaient révélées à une large audience, et ils en souffriraient non seulement pour eux mais aussi pour leur mère dans la mesure où elles constituent une intrusion dans son intimité, un viol de la dignité de ses dernières minutes.''

Publicité
Ainsi qu'ils l'ont mentionné dans leur déclaration de l'an dernier, "''nous avons le sentiment qu'en tant que fils, nous manquerions à notre devoir envers elle si nous ne la protégions pas, comme elle nous protégea autrefois". Bref, si c'était votre mère ou la mienne qui était mourante dans ce tunnel, voudrions nous que la scène soit montrée à la nation ? Et la Nation le voudrait-elle ?''"
Publicité
Publicité